Rats, "odeur pestilentielle", toilettes insalubres... A Paris, la situation sanitaire "intenable" d'une école

Les enseignants et les parents d'élèves de l'école primaire publique "Guadeloupe", située dans le 18e arrondissement, ont fait grève jeudi 8 mars pour dénoncer l'insalubrité de l'établissement. 

L\'école \"Guadeloupe\", dans le 18e arrondissement de Paris.
L'école "Guadeloupe", dans le 18e arrondissement de Paris. (Capture d'écran Googlemaps)

"Dans la salle des maîtres, là où les enseignants mangent et travaillent, des dizaines de crottes de souris recouvrent les meubles chaque matin." Depuis le mois d'octobre, les 200 enfants de l'école primaire "Guadeloupe", située dans le 18e arrondissement de Paris, doivent cohabiter avec les souris et les rats, qui circulent dans la cour et même les salles de classe, parfois en plein jour.

A ces nuisances, s'ajoutent les toilettes et les conduites d'eau, dans un état "déplorable". Jeudi 8 mars, parents, élèves et enseignants ont manifesté devant le rectorat de Paris puis devant la mairie du 18e. Ils attendent que des travaux de remise aux normes, qu'ils attendaient pour les vacances de février, soient effectués rapidement. 

Une cohabitation forcée avec les rats et les souris

Interrogée par franceinfo, Anaïs*, membre du personnel de l'établissement, déplore une situation "intenable" qui dure depuis plus d'un an dans cette école qui héberge notamment trois classes Ulis (Unités localisées pour l'inclusion scolaire) destinées à accueillir les enfants en situation de handicap. Sur ce cliché, envoyé à franceinfo, on peut constater que les déjections de rongeurs ont envahi les abords de la machine à café et de la bouilloire, situées dans la salle des maîtres. "On n'ose même plus manger et il y a une odeur pestilentielle", dénonce-t-elle. 

Et les enseignants ne sont pas les seuls concernés. Les déjections ont aussi envahi les salles de classe, les toilettes et même la cantine, comme le montre un reportage de BFMTV. Interrogé par franceinfo, Sébastien, le représentant des parents d'élèves, affirme que des rats ont été aperçus à de nombreuses reprises par les enfants. Pourtant, il a fallu attendre des mois pour que quelqu'un intervienne.

Ce n'est que le jour de la grève des enseignants [le 8 mars] qu'un technicien nous a été envoyé ! Il a placé une seule et unique boîte contenant de la mort aux rats, dans une salle de classe destinée à des élèves handicapés.Sébastien, représentant des parents d'élèves de l'école "Guadeloupe"à franceinfo

Une solution peu satisfaisante pour les parents : "C'est dangereux et de toute façon cette boîte ne va pas endiguer, à elle seule, la colonie de rats qui s'est installée dans l'école", regrette Sébastien. Il y a quelques semaines, des rongeurs ont même grignoté les fils électriques de l'une des classes. Résultat : un départ de feu a été constaté, mais il a rapidement été arrêté par... les infiltrations d'eau dans les murs de la salle.  

Un seul coin toilettes pour toute l'école 

Car les rongeurs ne sont pas les seuls problèmes sanitaires de l'école "Guadeloupe", confrontée à la vétusté des canalisations. Dans les étages, les points d'eau ont dû être condamnés, ce qui complique le travail des femmes de ménage : "Elles doivent sans cesse redescendre pour accéder à l'eau", selon Anaïs. Des inondations ont aussi provoqué l'effondrement du faux plafond de plusieurs salles de classe, les rendant inaccessibles. 

Par ailleurs, le personnel et les parents d'élèves dénoncent le manque de WC disponibles : il n'y en existe que six pour les 200 élèves et les 50 adultes, tous situés dans la cour. "Ces toilettes sont totalement insalubres et absolument pas aux normes. Ils devraient y avoir des toilettes spécifiquement dédiées aux enfants handicapés et à chaque étage de l'établissement", enrage Sébastien. Même son de cloche du côté d'Anaïs, qui affirme que des remontées d'excréments se sont déversées dans l'infirmerie. 

Départ de feu dans l\'une des salles de classe 
Départ de feu dans l'une des salles de classe  (Photo fournie par les parents d'élèves de l'établissement)

"Dans une école du 16e, cela aurait été résolu"

De quoi s'impatienter : "Ça fait des mois qu'on demande des toilettes de chantier en attendant que les travaux soient effectués. Mais rien ne se passe", s'insurge Anaïs. Pour elle, cette "injustice" est liée à l'emplacement de l'école, ainsi qu'à "l'indifférence" de la mairie d'arrondissement. 

Nous sommes au cœur d'un quartier populaire du 18e arrondissement. Dans une école du 16e arrondissement, avec des familles qui ont le bras long, tous ces problèmes auraient été résolus depuis bien longtemps.Anaïsà franceinfo

Contactée par franceinfo, la mairie de Paris assure que des "travaux vont être mis en œuvre dès vendredi 9 mars dans les sanitaires et qu'un architecte se rendra dans l'école pour proposer des solutions concrètes."  

*Le prénom a été modifié