Cet article date de plus de six ans.

Vidéo Grève des hôpitaux parisiens : un exemple de réorganisation du temps de travail à Boulogne-Billancourt

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Grève à l'AP-HP : l'hôpital Ambroise Paré a déjà fait sa réforme des 35 heures
ALEXIA MAYER, FREDERIC BOHN - FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

L'hôpital Ambroise-Paré a revu son organisation il y a trois ans. Des journées de 10 heures, mais trois ou quatre jours par semaine, une méthode qui semble convenir au personnel

Le projet de réorganisation des 35 heures dans les hôpitaux parisiens fait des remous. Jeudi 21 mai, certains personnels sont descendus dans la rue pour le dénoncer ce plan qui vise à remédier aux journées trop longues et aux congés qui s'accumulent sans pouvoir être pris.

Certains établissements hospitaliers ont pris les devants et ont aménagé le temps de travail de leur personnel. A l'hôpital de jour Ambroise-Paré de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), une réorganisation des RTT a été opérée il y a trois ans. Et le personnel de l'établissement semble plutôt satisfait.

"J'avais 190 jours de RTT, j'en ai pris 40"

Pour 198 patients pris en charge en journée, l'hôpital compte 15 infirmiers et aide-soignants. Le personnel travaille désormais à heures fixes, de 8 heures à 18 heures, soit dix heures par jour, trois ou quatre jours par semaine. Au total, cela revient à travailler 35 heures. Des infirmières rencontrées par France 2 apprécient ces conditions de travail.

Le rattrapage des heures accumulées par le passé a même été facilité, comme l'explique Christine Bernard : "Je suis une infirmière en rhumato depuis 29 ans et j'avais 190 jours de RTT [non pris]. Depuis deux ans, le service a pu me donner une RTT par semaine, ce qui fait que sur ces 190 jours, j'en ai pris 40, il m'en reste encore 150", confie-t-elle. Cette adaptation a été facilitée par le fait que l'hôpital n'est ouvert que de 8 heures à 18 heures.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Hôpital

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.