Une charte de bonnes pratiques gynécologiques instaurée pour "restaurer un climat de confiance entre les patientes et les gynécologues "

La charte fait suite aux plaintes pour viol déposées contre le chef du centre endométriose de l'hôpital Tenon à Paris.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Manifestation contre les violences gynécologiques devant l'hôpital Tenon de Paris, le 2 octobre 2021. (OLIVIER ARANDEL / MAXPPP)

"Notre but est de restaurer un climat de confiance entre les patientes et les gynécologues ou les obstétriciens", a déclaré ce jeudi 21 octobre sur franceinfo le docteur Joëlle Belaisch-Allart, présidente du Collège national des gynécologues et obstétriciens français et cheffe du service de gynécologie-obstétrique à l’hôpital de Saint-Cloud, après la publication d’une charte de bonnes pratiques gynécologiques.

Le texte, qui sera affiché dans les salles d'attentes, prône la "bienveillance et le respect mutuel". Cette initiative est lancée alors que des plaintes pour viol déposées contre le chef du centre endométriose de l'hôpital Tenon à Paris, le professeur Emile Daraï, ont relancé la méfiance à l'égard de cette profession.

"Il y avait une demande de la part des femmes"

"Il faut rassurer les femmes et aussi nos collègues qui sont très touchés et qui respectent déjà ces recommandations qui étaient non écrites, estime Joëlle Belaisch-Allart. Nous avons pensé que c'était le moment de les écrire." L'une d'elles est l'obtention de l'accord oral de la patiente avant de l'examiner.

"Il y avait une demande de la part des femmes" pour cette charte et "aussi de la part de nos collègues qui ont été bouleversés par les attaques. Il fallait écrire cette charte et la mettre dans nos salles d'attente pour que les choses redeviennent plus claires pour tout le monde", a expliqué le Dr Joëlle Belaisch-Allart. "Il faut rassurer, c'était notre but parce que c'est un examen médical, mais la particularité c'est qu'on touche à l'intimité des patientes. On ne peut pas dire que ce soit la même chose qu'un examen cardio."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Hôpital

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.