Septuagénaire retrouvé mort dans un hôpital à Marseille : "Il faut aller au bout de cette affaire et comprendre ce qu'il s'est passé"

Audrey Jolibois, secrétaire du syndicat FO de l’Assistance publique-Hôpitaux de Marseille, a dit sur franceinfo "comprendre la colère de la famille".

Le corps d\'un homme de 73 ans a été retrouvé mardi 3 septembre au 6e étage dans une unité désaffectée de l\'hôpital de la Conception à Marseille. 
Le corps d'un homme de 73 ans a été retrouvé mardi 3 septembre au 6e étage dans une unité désaffectée de l'hôpital de la Conception à Marseille.  (DAVID ROSSI / MAXPPP)

Le corps d'un homme de 73 ans a été retrouvé mardi 3 septembre dans une unité désaffectée de l'hôpital de la Conception à Marseille. Il s'agirait d'un patient qui avait disparu le 19 août dernier et qui souffrait de la maladie d'Alzheimer. Une autopsie est en cours pour connaître l'origine du décès du septuagénaire. "Il faut aller au bout de cette affaire et comprendre ce qu'il s'est passé", a déclaré mercredi soir sur franceinfo Audrey Jolibois, secrétaire du syndicat FO de l’Assistance publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM).

"Ma première réaction c'est la pensée que j'ai pour la famille. On comprend tout à fait la colère de la famille. On leur apporte tout notre soutien dans cette situation très difficile pour eux."

Personnels "très choqués"

La division centre de la police de Marseille a ouvert une enquête. De son côté, l'AP-HM a lancé une enquête interne. "Nous attendons les conclusions des enquêtes. Nous prendrons part, mais nous ne ferons pas de déclaration. Nous considérons qu'il est trop tôt. Nous attendons les conclusions pour nous exprimer sur ce qu'il s'est passé", a expliqué Audrey Jolibois.

Les personnels sont "très choqués" par la mort de ce patient. "On ne remet en cause en aucun cas leur compétence et leur professionnalisme. On apporte aussi le soutien au personnel."

Comme beaucoup d'hôpitaux, l'hôpital de la Conception à Marseille "souffre d'un manque d'effectif criant", a dénoncé Audrey Jolibois. Pour le moment, on ne sait pas "si ce jour-là, ils étaient en sous-effectif".