Sécurité incendie : 20 hôpitaux parisiens ne sont pas aux normes

Sur 370 établissements de l’Assistance Publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP), 20 ne sont pas aux normes anti-incendie. Les hôpitaux de Bichat, Saint-Antoine, Beaujon et Louis-Mourier sont épinglés.

Six pompiers en alerte 24 heures sur 24 à l\'hôpital Bichat
Six pompiers en alerte 24 heures sur 24 à l'hôpital Bichat (© Fotolia)

Un incendie dans ces centres hospitaliers pourrait tourner au scénario catastrophe car la règlementation n’y est pas respectée. 20 hôpitaux parisiens ne sont pas aux normes anti-incendie sur les 370 établissements que compte l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris. 

Une information révélée par le Journal Du Dimanche puis confirmée par la direction de l’AP-HP. “Ce chiffre est en diminution, il y en avait 37 il y a sept ans. Depuis 2010, on consacre 15 à 20 millions d’euros chaque année à la mise en sécurité” affirme au JDD François Crémieux, le directeur général adjoint. La sécurité des patients et du personnel soignant serait garantie.

L’hôpital Bichat déclaré non-conforme depuis 2007

Parmi ces centres épinglés par la commission sécurité incendie, ceux de Saint-Antoine, de Beaujon, de Louis Mourier mais surtout celui de Bichat, déclaré non conforme depuis 2007.

Situé dans le 18ème arrondissement, ce dernier donne des sueurs froides à la direction de l’AP-HP. Et plus particulièrement sa tour haute de 15 étages. “La nature de la tour rend illusoire l’ambition de la sécuriser uniquement par des moyens techniques (...) Bichat aura duré moins de 50 ans, dans ce sens c’est un échec architectural” déclare François Crémieux à nos confrères du JDD.

Des mesures compensatoires déployées

Alors pour se substituer aux moyens techniques et sécuriser les 900 lits de cet hôpital, l'AP-HP met en place des moyens humains… Six pompiers en alerte 24 heures sur 24. Ajoutez à cela, “une dizaine de millions d'euros - pour faire en sorte que la détection incendie, le désenfumage, les conditions d'évacuation soient au plus près des normes” indique François Crémieux.

Interrogés par le JDD, les médecins de cet établissement déplorent “des mesures plus palliatives que préventives”. Cependant, ils ne pointent pas du doigt leur direction :  “Ils sont comme nous, ils n’ont pas le choix (...) Comment est-ce qu’on pourrait mettre l’immeuble aux normes, en rasant sept étages pour que l’échelle des pompiers puissent atteindre le toit ?”

Pour trouver une solution pérenne au problème, l’AP-HP s’est lancé dans des travaux d’envergure : la construction du Campus Grand Paris-Nord. Il regroupera, en partie, les centres Bichat et Beaujon. Mais le personnel et les patients devront attendre au moins jusqu’en 2028 avant de pouvoir investir les lieux.