Une patiente filme des souris dans une chambre de l'hôpital Tenon, à Paris

"Pas question pour moi de retourner dans ce service", affirme-t-elle au "Parisien". Contactée par le quotidien, l'AP-HP assure que la situation est suivie de près et qu'aucune recrudescence de rongeurs n'a été constatée en 2018 et 2019.

La vidéo de souris dans la chambre d\'un hôpital parisien a été partagée sur la page Facebook \"Mémoires : de ma grossesse à votre pire cauchemar\", le 15 avril 2019.
La vidéo de souris dans la chambre d'un hôpital parisien a été partagée sur la page Facebook "Mémoires : de ma grossesse à votre pire cauchemar", le 15 avril 2019. (MDMGAVPC / FACEBOOK)

C'est le genre de frisson dont on se passerait volontiers quand on est hospitalisé. Une patiente de l'hôpital Tenon, situé dans le 20e arrondissement de Paris, a filmé des souris en train de courir dans sa chambre, le 15 avril dernier, avant de partager la vidéo sur les réseaux sociaux. "La veille, j'avais déjà entendu des bruits suspects", explique cette jeune femme atteinte de drépanocytose, contactée par Le Parisien, vendredi 26 avril. "Mais là, elles étaient trois à se balader tranquillement dans la chambre. J'étais horrifiée : j'ai une phobie des souris".

La jeune femme a demandé aussitôt à quitter l'établissement, précise le quotidien, avant d'être admise de nouveau quelques jours plus tard, mais dans un autre service. Ce phénomène est semble-t-il connu en interne, puisqu'un syndicaliste explique au Parisien que la présence de rongeurs a déjà fait l'objet de plusieurs alertes en comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT).

Des appâts et des pièges

De son côté, l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) assure avoir fait appel à une société extérieure pour suivre l'évolution de la situation et effecter des interventions en cas de signalement. Des appâts et des pièges ont également été déposés dans des locaux.

"Entre 2018 et 2019, aucune recrudescence de rongeurs ni aucune réclamation par téléphone ou mail de patient n'ont été constatées", assure encore l'AP-HP dans les colonnes du quotidien. De son côté, la jeune femme qui a tourné la scène prévoit d'écrire à la direction pour faire part de son mécontentement. "Pas question pour moi de retourner dans ce service."