Mort d'Ilyès, 3 ans, à l'hôpital Saint-Vincent-de-Paul de Paris : les condamnations d'une cadre et d'un pharmacien confirmées en appel

La cour d'appel de Paris confirme, mercredi 13 juin, la condamnation d'une cadre de santé et d'un pharmacien du groupe hospitalier Cochin-Saint-Vincent-de-Paul à Paris, après la mort de l'enfant de 3 ans, en décembre 2008, suite à une erreur de médicament.

Des véhicules entrent dans l\'hôpital Saint-Vincent-de-Paul à Paris, le 25 décembre 2008.
Des véhicules entrent dans l'hôpital Saint-Vincent-de-Paul à Paris, le 25 décembre 2008. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

La cour d'appel de Paris confirme, dans un arrêt rendu mercredi 13 juin 2018, la condamnation d'une cadre supérieure de santé et du pharmacien, chef de service du groupe hospitalier Cochin-Saint-Vincent-de-Paul, après la mort, le 24 décembre 2008, du jeune Ilyès, 3 ans, à l'hôpital Saint-Vincent-de-Paul, annonce la cour dans un communiqué. Le petit garçon était mort après une erreur de médicament.

Injections mortelles

En première instance, le 22 novembre 2016, cette cadre du service de pédiatrie générale avait été condamnée à un an de prison avec sursis, et le pharmacien à six mois de prison avec sursis. Deux autres condamnations avaient également été prononcées, pour lesquelles aucun appel n'avait été interjeté : l'infirmière de service avait écopé d'un an de prison avec sursis, et l'AP-HP avait été condamnée à une amende de 150 000 euros.

Ilyès avait été emmené à l'hôpital par ses parents pour une angine, qui l'empêchait de boire et manger. Les médecins des urgences avaient choisi d'hospitaliser l'enfant afin de le réhydrater. Un mauvais rangement des flacons utilisés pour les perfusions avait conduit l'infirmière à injecter, par erreur, du chlorure de magnésium au petit garçon, qui en est mort.