Manifestation de soignants à Paris : "Des voyous, des grands crétins ultra violents" à l'origine des affrontements, selon Patrick Pelloux

Le personnel soignant manifestait ce mardi 16 juin, dans toute la France. A Paris, des heurts ont éclaté en marge de la manifestation.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Affrontements sur l'esplanade des Invalides à Paris durant la manifestation nationale des soignants le 16 juin 2020 (ESTELLE RUIZ / HANS LUCAS)

Des heurts ont éclaté mardi après-midi en marge de la manifestation des soignants à Paris, entre les forces de l'ordre et des groupes de black blocs et d'anarchistes."Cela reste des voyous, des grands crétins ultra violents" qui sont à l'origine des affrontements, a réagi, ce mardi 16 juin sur franceinfo, Patrick Pelloux, président de l'Association des médecins urgentistes hospitaliers de France.

"Ce ne sont absolument pas les soignants qui ont causé ces dégradations et provocations contre la force publique", souligne Patrick Pelloux. La manifestation était "pacifique" et "se passait très bien", précise l'urgentiste. "Les forces de l'ordre, au départ à Ségur, n'étaient même pas avec tout leur équipement de sécurité. C'était très bon enfant."

Voitures et poubelles brûlées, affrontements avec les forces de l'ordre

Les manifestants ont eu des informations de la part des services d'ordre des syndicats "que des groupuscules arrivaient, dont certains avec des tee-shirts Adama Traoré".
A leur arrivée sur l'esplanade des Invalides, les groupes de black blocs "ont commencé à brûler des voitures et s'en sont pris aux forces de l'ordre". Les forces de l'ordre ont répliqué en utilisant des gaz lacrymogène "parce que les débordements allaient arriver", ajoute Patrick Pelloux.

Le médecin estime que les individus violents n'ont pas volé la manifestation. "Ces minables n'ont rien volé du tout", lance l'urgentiste. "On continue notre mouvement et on ne perd pas de vue notre activité sociale et républicaine."
Le président de l'Association des médecins urgentistes hospitaliers de France assure que "dorénavant, quand on va faire des manifestations, on sait à quoi s'en tenir et on va doper un peu nos services d'ordre".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.