Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, appelle à une hausse de 15% des salaires dans le médico-social

"Derrière ces politiques, il y a des professionnels, aux trois quarts des femmes, qui, au quotidien, s'engagent auprès des plus fragiles", et "elles devaient être LA grande cause du quinquennat", avance Laurent Berger.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, lors d'un point presse devant Matignon, à Paris, le 26 octobre 2020. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, appelle dans une tribune publiée par le Journal du Dimanche à une hausse immédiate de 15% des salaires dans le secteur social et médico-social ("autonomie", "handicap", "enfance" et "les plus démunis").

"Les secteurs du social et du médico-social crèvent d'une absence de cohérence nationale dans leur financement et leur pilotage. Cela crée une rupture du principe d'égalité de traitement et d'accès au service public", relève-t-il. "Ces secteurs sont essentiels à la cohésion sociale. Il est urgent de les sortir de logiques à court terme", poursuit Laurent Berger.

Pour beaucoup de ces métiers "sous-payés", "une augmentation salariale immédiate de 15 % est nécessaire pour réduire ces écarts abyssaux, et rendre à ces professionnelles un peu de cette valeur républicaine qu'est l'égalité", conclut le leader syndical.

Une politique salariale qui bénéficierait surtout aux femmes

"Professionnelles" ? "Derrière ces politiques, il y a des professionnels, aux trois quarts des femmes, qui, au quotidien, s'engagent auprès des plus fragiles", et "elles devaient être LA grande cause du quinquennat", avance Laurent Berger.

Or, "leurs fiches de paie sont inférieures à la moyenne de plus de 25 %" et "leurs conditions de travail et d'emploi sont marquées par un fort recours au temps partiel et aux contrats précaires, une sinistralité élevée, un taux important d'arrêts de travail et une absence de reconnaissance de la pénibilité de leurs emplois".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.