Santé : près d’une infirmière hospitalière sur deux a quitté l’hôpital ou changé de métier après dix ans de carrière

Une étude de la DREES révèle que près de la moitié des infirmières jette l'éponge après dix ans de carrière à l'hôpital, en raison des faibles salaires, des conditions d'exercice et des volumes de travail.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Une infirmière du service des urgences de l'hôpital Muller à Mulhouse, le 31 décembre 2022. (VINCENT VOEGTLIN / MAXPPP)

Près d'une infirmière sur deux a quitté l'hôpital ou changé de métier au bout de dix ans de carrière, c'est la conclusion d'une étude de la DREES (direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques, le service statistique du ministère de la Santé) parue jeudi 24 août que franceinfo a pu consulter.

>> "Comment peut-on bien soigner les patients quand on est au bout du rouleau ?" : cet étudiant infirmier raconte pourquoi il a abandonné

Selon la DREES, sur une période d’observation de 30 ans, entre 1989 et 2019, seules "54 % des infirmières hospitalières le sont toujours après dix années de carrière". À noter que "cette part est plus faible pour celles qui ont commencé à exercer à la fin des années 2000 (50 %) que pour leurs aînées entrées dans la profession au début des années 1990 (60 %)".

Selon l'étude de la DREES, les infirmiers et infirmières "tenaient" plus longtemps à l'hôpital dans les années 1990, les abandons s'accélèrent donc depuis les années 2000. Une partie de ces soignants partent exercer en libéral, en Ehpad, certains restent à l'hôpital mais s'occupent d'administratif par exemple, et les autres changent complètement de métier. Beaucoup d'infirmières jettent l'éponge, en raison des faibles salaires, des volumes de travail et des conditions d'exercice de la profession.

60 000 postes infirmiers vacants, selon le syndicat de la profession

Dans le détail, 11 % d’entre elles continuent à pratiquer en tant qu’infirmières salariées, mais dans d’autres secteurs que l’hôpital et 7 % exercent toujours à l’hôpital mais ont changé de métier. Les autres exercent en libéral, se tournent vers une autre profession ou sont sans emploi. Parmi les infirmières qui ont commencé leur carrière à l’hôpital dans la seconde moitié des années 2000, 10 % sont infirmières libérales à titre exclusif dix ans plus tard et 11 % sont sans emploi.

En réaction à cette étude de la DREES, qui met l'accent sur la grande démission des infirmières, le syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI CFE-CGC), réagit dans un communiqué en pointant "le doublement de la charge de travail infirmier depuis dix ans". Le syndicat estime qu'il y a déjà "60 000 postes infirmiers vacants et 10 % des soignants" en arrêt maladie. Le SNPI évoque également les cas d'"épuisement", de "dépression" ou de "burnout".

>> Services d'urgences fermés : "La situation ne fait qu'empirer années après années", alerte le Syndicat national des professionnels infirmiers

Face à la pénurie, "pour rendre l’hôpital attractif" le syndicat national des professionnels infirmiers SNPI demande "un plan Marshall en trois points : les ratios de patients par infirmière, les conditions de travail, et les salaires".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.