Une association du Havre va rendre accessible 100 films français aux déficients visuels et auditifs

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Une association havraise audiodécrit des films pour les déificients visuels et auditifs
Article rédigé par
France Télévisions

L'association "Les Yeux dits" s'est lancée dans l'ambitieux projet "100 films 100% accessible" qui consiste à audiodécrire et sous-titrer 100 chefs-d'oeuvre du cinéma français. Les premiers longs métrages seront disponibles cet été sur les plateformes la Médiathèque Numérique et La Cinetek. #IlsOntLaSolution. 

L'ambiance est studieuse dans les locaux de l'association Les Yeux dits, basée au Havre. Marie Gaumy est audiodescriptrice. Avec son équipe, elle est à l'origine de l'ambitieux projet qui consiste à rendre accessibles aux déficients visuels et auditifs 100 films français. La demande est forte, le travail titanesque. "On estime qu'en moyenne, il faut une heure de travail pour décrire une minute de film", explique-t-elle.

Le travail ne consiste pas seulement à sous-titrer les dialogues et raconter ce que les personnes en situation de handicap ne peuvent percevoir. Il faut un réel talent d'écriture et de connaissance du 7e art. "On va s'adapter au style du film", précise Marie Gaumy. "On ne vas pas décrire de la même manière Les tontons flingueurs ou L'amant de Lady Chatterley. Il faut s'adapter au niveau lexical, au niveau de la syntaxe et au style du film".

Huit millions de personnes concernées

En France, on compte 8 millions de personnes sont en situation de handicap visuel ou auditif et peu de films leur sont accessibles facilement. Ce projet leur permettra, grâce à une application gratuite, d'avoir accès à ces audiodescriptions et sous-titrages sur les plateformes de la Médiathèque Numérique (Arte) et la Cinetek

Baisers volés de François Truffaut et Les Valseuses de Bertrand Blier font partie des cinq premiers films audiodécrits qui seront disponibles dès cet été. Le but est de sortir ensuite 25 films par an. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.