Seine Saint-Denis : 10 mois de prison ferme requis contre un éducateur après des violences contre un homme autiste

L'éducateur et une de ses collègues ont été jugés vendredi 19 février au tribunal de Bobigny, rapporte France Bleu Paris.

Article rédigé par
avec France Bleu Paris - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le tribunal judiciaire de Bobigny, en juillet 2020. (HAJERA MOHAMMAD / RADIOFRANCE)

Un éducateur accusé d'avoir frappé, en juin 2019, un homme autiste de 29 ans pris en charge à la maison d'accueil spécialisée de Pavillons-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) a été jugé vendredi 19 février, au tribunal de Bobigny, tout comme une ancienne collègue qui avait filmé la scène, rapporte France Bleu Paris.

Les deux prévenus étaient absents à l'audience. La procureure a requis 10 mois de prison ferme contre l’éducateur et une interdiction d'exercer définitive auprès du même genre de public. Contre sa collègue, le parquet a requis six mois de prison avec sursis et une interdiction d'exercer pendant cinq ans. Le jugement est attendu le 26 février.

Vidéo publiée sur les réseaux sociaux

Les images montraient le suspect menacer et frapper à coup de bâton, Tédrick, 29 ans, lors d'une sortie dans un stade. La scène, filmée par une autre employée, une aide psychologique, avait été diffusée sur les réseaux sociaux et dans les médias. La secrétaire d’État chargée des personnes handicapées, Sophie Cluzel avait parlé sur franceinfo de faits "accablants". La gestion du foyer avait été retirée à l’association concernée.

Lors de son audition en garde à vue, l'éducateur avait reconnu les faits et les coups de bâton, affirmant que Tédrick était particulièrement agité ce jour-là. Il affirmait avoir visé les baskets de la victime. Or, les examens médicaux prouvent qu'il a bien reçu des coups au niveau de la cuisse et du bras, laissant d'importants hématomes. Un an et demi après les faits, la victime garde encore des séquelles psychologiques, a assuré sa mère.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.