Scolarisation des handicapés : "L'école normale, c'est ce qui m'a fait progresser" témoigne Théo Curin, nageur amputé des quatre membres

Théo Curin, comédien et nageur français, amputé des quatre membres à l’âge de 6 ans, réagit aux propos d'Eric Zemmour qui avait déclaré vouloir scolariser dans des établissements spécialisés les élèves en situation de handicap, en fustigeant l’"obsession de l’inclusion".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Théo Curin, le 5 octobre 2020, à Paris. (FRANCK FIFE / AFP)

L’"école normale m'a fait progresser à la fois en tant que jeune homme et en tant que jeune homme en situation de handicap", a témoigné lundi 17 janvier sur franceinfo Théo Curin, comédien et nageur français, amputé des quatre membres à l’âge de 6 ans. Eric Zemmour a créé la polémique la semaine dernière en déclarant vouloir scolariser dans des établissements spécialisés les élèves en situation de handicap fustigeant l’"obsession de l’inclusion". "Quand j'ai entendu ces propos-là, je me suis dit : mais c'est complètement con !", a-t-il réagi. En refusant l’école normale aux enfants en situation de handicap, "on fait un pas en arrière d'une centaine d'années et on va droit dans le mur", a-t-il assuré.

franceinfo : Votre intégration dans une école normale a-t-elle fait débat dans votre famille ?

Théo Curin : C'est vrai que c'était une question qu'on se posait avec mon entourage. Il faut savoir qu'après mon hospitalisation, j'ai fait deux ans de rééducation dans un centre spécialisé. J'ai repris un peu les études à cette période-là, mais qu’avec des personnes en situation de handicap. On se rendait compte avec mon entourage que ce n'était pas spécialement une bonne idée de rester dans ce centre de rééducation. Et à partir du moment où j'avais l'autonomie nécessaire et les capacités nécessaires, je suis immédiatement retourné dans une école normale et c'est ce qui m'a fait progresser à la fois en tant que jeune homme et en tant que jeune homme en situation de handicap.

Pourquoi est-ce important d’être dans une école normale ?

Parce qu'en fait, on rencontre tout simplement les gens qu'on va rencontrer plus tard dans la société en général, quand on travaillera, quand on se promènera dans leur rue, quand on ira faire les courses. Et en fait, c'est ce qui m'a permis de me faire des amis, comme n'importe quel enfant de mon âge, de me faire ma première amoureuse et faire mon premier bisou dans la cour comme n'importe quel enfant. Je n'ai jamais été à la bourre plus qu'un autre élève. J'ai progressé et c'est ce qui m'a permis d'être la personne que je suis aujourd'hui. Et quand j'ai entendu ces propos-là, il y a quelques jours, je me suis dit : mais c'est complètement con ! On fait un pas en arrière d'une centaine d'années et on va droit dans le mur. Donc, c'est pour ça que je me suis permis de prendre la parole et de montrer que je n'étais pas du tout d'accord avec ces propos-là.

Est-ce que cela a été important pour les autres de vous côtoyer à l’école ?

En fait, toutes les personnes qui m’ont rencontré jusqu'à aujourd'hui, y compris justement les élèves qui étaient avec moi à l'école à cette époque-là, n'ont absolument pas le même regard sur la vie aujourd'hui. C’est sans aucune prétention que je dis cela. Mon handicap, ils ne le voient même plus. Et c'est ça que je trouve extraordinaire, même dès le plus jeune âge. En fait, qu'on soit en CP, en CE1, en CM1 ou même plus tard, au collège ou au lycée, après les la barrière du questionnement, qu'est-ce qui t’es arrivé, qu'est-ce qu'on peut faire pour aider, il n’y a plus du tout de handicap. Cela va être tout simplement une personne comme les autres, on va grandir tous ensemble avec une forme de diversité qui devient quasi normale pour tout le monde. C'est génial.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Handicap

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.