Jeux paralympiques : ce que gagnent les athlètes

Les athlètes paralympiques doivent souvent cumuler les activités pour pouvoir gagner leur vie correctement

Cette vidéo n'est plus disponible

Marie Bochet est la Golden Lady du ski paralympique. Elle a remporté 4 titres à Sotchi, en Russie en 2014. Et avec ces médailles d'or, un gros lot... En tout cela représente 200 000 euros de prime, car la France a décidé de verser les mêmes sommes à tous les médaillés, olympiques et paralympiques : 50 000 euros pour l'or, 20 000 euros pour l'argent et 13 000 euros pour le bronze. Mais les Jeux n'ont lieu qu'une fois tous les 4 ans et la médaille est loin d'être assurée. 

Cumuler les activités

Au quotidien, les athlètes ne mènent pas un train de vie à la Neymar. Certains sont étudiants, comme Julien Roulet qui a créé sa propre prothèse pour limiter les dépenses et veut devenir prof de sport. Cécile Hernandez, elle, multiplie les activités : elle est à la fois ambassadrice d'une station de ski, écrivain et journaliste. La fédération française handisport finance déplacements, stages et tests en soufflerie. L'État, aide les athlètes grâce au statut de sportif de haut niveau. 

Frédéric François, l\'une des meilleures chances de médaille française aux Jeux paralympiques de Pyeongchang, lors du slalom géant de Sotchi (Russie), le 15 mars 2014.
Frédéric François, l'une des meilleures chances de médaille française aux Jeux paralympiques de Pyeongchang, lors du slalom géant de Sotchi (Russie), le 15 mars 2014. (JULIAN STRATENSCHULTE / DPA)