Grand témoin : père d'un enfant autiste

Dépister le plus tôt possible l'autisme permet de mieux accompagner les enfants. Notre grand témoin ce soir connaît l'importance du dépistage précoce. Son fils de 15 ans est autiste. 

Voir la vidéo
FRANCE3

Le handicap a bouleversé sa vie. Son fils est autiste, et hyperactif. Notre grand témoin s'appelle Laurent Savard. "La différence de Gabin, moi, je ne l'ai pas vue, pendant longtemps. En plus, comme il était tout le temps souriant... Pour moi, l'autisme, c'était 'Rainman'", explique-t-il. "Donc je me disais 'ça ne colle pas, ce n'est pas la même chose'. Et c'est grâce à Marilou, sa maman, qui à l'époque, dès ses 2 ans, allait beaucoup sur les forums, qui m'a dit un jour : 'Non mais vraiment, il doit être autiste'." À ce moment-là, Laurent confie être plongé dans l'inconnu. 

"L'enfant dont on ne veut pas"

Commence un vrai parcours du combattant, et d'abord à l'école. À 3 ans, Gabin est scolarisé dans la maternelle du quartier. Mais pas pour longtemps. Son attitude ? Son père ne mache pas ses mots : "Je vais être un peu cru : le chieur. L'enfant dont on ne veut pas. Chaque rentrée scolaire était une source d'angoisse pas possible. Comment ça va se passer ? Est-ce qu'on va avoir un auxiliaire de vie scolaire ? Parce que parfois elles sont nommées, et on ne les voit pas. On vit constamment avec cette menace, cette chappe de plomb au-dessus de la tête, que Gabin pourrait se retrouver écarté de l'école. Mais de toute façon, c'est un peu ce qui s'est  passé. (...) À un moment donné, vous lâchez l'école, vous n'en pouvez plus", confie le père de Gabin. Plus d'école. Reste le sport. Le seul moyen pour Gabin de gérer son hyperactivité.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un résident de l\'association Sesame Autisme dans le département du Doubs, en 2012.
Un résident de l'association Sesame Autisme dans le département du Doubs, en 2012. (MAXPPP)