Assistance sexuelle des handicapés : le Haut Conseil à l'égalité "s'oppose fermement" à la position de la secrétaire d'Etat Sophie Cluzel

Le HCE dénonce une "forme de légalisation de la prostitution". 

Sophie Cluzel en janvier 2020 à l\'Élysée. 
Sophie Cluzel en janvier 2020 à l'Élysée.  (LUDOVIC MARIN / AFP)

Dans un communiqué publié mardi 11 février, le Haut Conseil à l'égalité (HCE) s'oppose "fermement à la proposition d'aidant sexuel pour les personnes handicapées". Ce dimanche, la secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées Sophie Cluzel a saisi le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) après s'être dit "favorable à ce qu'on puisse accompagner la vie intime, affective et sexuelle" des personnes handicapées.

Dans son communiqué, le HCE s'offusque : "Légaliser l'achat de services sexuels serait contraire à notre législation contre l'achat de prostitution". Le recours à des aidants sexuels serait "une forme de légalisation de la prostitution", tonne le HCE.

Le HCE exhorte le gouvernement à ne pas dissocier la légitime aspiration de toute personne, quel que soit son état de santé ou de handicap, à une vie affective et sexuelle dans le respect de l’autre combat contre l’exploitation des êtres humains et la marchandisation des corps. Le Haut Conseil à l'égalité

Le Haut Conseil à l'Egalité (HCE) est l'instance nationale consultative indépendante chargée de la protection des droits des femmes et de la promotion de l'égalité des sexes.