Cet article date de plus de cinq ans.

Grippe aviaire : les canards du Sud-Ouest échappent à un plan d'abattage massif

Un temps envisagé pour éradiquer l'épizootie de grippe aviaire, dont un cas a encore été annoncé mercredi, le gouvernement lui a préféré une méthode plus douce. La production de palmipèdes va être stoppée progressivement pour pouvoir désinfecter toutes les exploitations.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Photo d'illustration de canards © MaxPPP)

Dès lundi, la mise en production de canetons va être arrêtée. Les canards et les oies dont l’élevage a déjà commencé seront eux abattus, à terme, et commercialisés. Ce qui devrait nous mener jusqu’au mois d’avril. Il y aura donc du canard pour les fêtes de Pâques, ensuite entre avril et la fin du semestre. Là il n’y aura plus de production du tout. Il s’agira de nettoyer, désinfecter les élevages, les camions, les outils.

Vers un "vide sanitaire" 

Une fois tout cela contrôlé, la production pourra reprendre pour que canards, oies et foie gras soient disponibles à Noël. Il s’agit donc de créer ce que les professionnels appellent un "vide sanitaire" de plusieurs semaines afin d’éradiquer l’épizootie. La zone concernée par ces mesures sera précisée la semaine prochaine. Evidemment les huit départements déjà touchés par l’épizootie plus sans doute les frontaliers ou l’élevage de palmipèdes est important.

La mesure a été discutée ce jeudi matin au ministère de l’agriculture avec les représentants de la filière. La mesure est nécessaire a indiqué à France Info, le président de la confédération française de l’aviculture. Même s’il souhaite discuter de dispositifs d’accompagnements pour les pertes financières.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.