Cet article date de plus de douze ans.

Grippe A: un mort sans problème de santé annexe

Un patient est mort vendredi, devenant au Royaume-Uni la première victime de la grippe A sans problème de santé annexe
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un patient est mort vendredi, devenant au Royaume-Uni la première victime de la grippe A sans problème de santé annexeUn patient est mort vendredi, devenant au Royaume-Uni la première victime de la grippe A sans problème de santé annexe

A la différence des 14 autres décès enregistrés jusqu'ici en Grande-Bretagne, le patient, habitant de l'Essex, dans l'est de l'Angleterre, ne souffrait d'aucune autre affection.

"Ce décès souligue que le virus, bien que généralement bénin, est plus grave dans certain cas", a observé Liam Donaldson, responsable médical du National Health Service.

"Comme avec tous les virus grippaux, certaines personnes sont plus exposées que d'autres. Malheureusement, des gens par ailleurs en bonne santé peuvent aussi tomber gravement malade ou même mourir", a-t-il ajouté.

Après l'annonce de ce premier décès sans problème de santé annexe, John Oxford, professeur de virologie à l'université de médecine Queen Mary à Londres, a déclaré: "Nous serrons tous les dents, attendant que cela se produise, et maintenant c'est fait. Cela ne veut pas forcément dire que le virus a muté". "Savoir si d'autres patients sans problèmes de santé annexes vont mourir de la maladie dépend vraiment de ce que le virus va faire par la suite", a-t-il ajouté.

Près de 335 personnes porteuses du virus A (H1N1) étaient hospitalisées jeudi en Angleterre, dont 43 dans un état préoccupant, selon les derniers chiffres de l'Agence de protection sanitaire.

Au Royaume-Uni, 9.718 cas confirmés de grippe A ont été enregistrés à la date du 8 juillet, ce qui en fait l'un des pays les plus touchés au monde, selon les derniers chiffres officiels. Avec un bilan de 15 décès - le premier est intervenu le 14 juin en Ecosse -, le Royaume-Uni est le 3e pays le plus affecté derrière le Mexique où le virus a été identifié pour la première fois, et les Etats-Unis.

Le ministre de la Santé, Andy Burnham, avait prévenu la semaine dernière que si la progression de l'épidémie se poursuivait au rythme actuel, le Royaume-Uni pourrait connaître 100.000 nouveaux cas quotidiens avant la fin du mois d'août.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.