Une commission indépendante alerte sur les dangers des fongicides SDHI

Ce type de pesticides est très utilisé dans l’agriculture ou sur la pelouse de certains stades. Une commission indépendante, la DASPE, avertit du danger potentiel pour l’homme.

Une commission indépendante alerte sur les dangers des fongicides SDHI
Une commission indépendante alerte sur les dangers des fongicides SDHI

La commission nationale des alertes en santé publique (la Daspe) lance l’alerte : un « doute sérieux » existe au sujet des pesticides SDHI, selon une information de France Info et Le Monde publiée ce 19 novembre.

Cette instance officielle indépendante est constituée de 22 experts bénévoles et a publié ce jour-là un avis qui « considère que la situation est constitutive d’une alerte ».

A lire aussi : Pesticides : vers une interdiction de la vente libre ?

Une molécule utilisée dans des produits fongicides répandus

Les fongicides SDHI sont utilisés couramment, dans l’agriculture ou le traitement des pelouses de certains stades.

Selon l’avis de la Daspe, « les données présentées (…) posent un doute sérieux sur des dangers qui ne sont pas actuellement pris en compte dans les procédures de toxicologie. »

A lire aussi : Et si des insectes remplaçaient certains pesticides ?

Quels dangers ?

Les travaux d’une équipe de biologistes montrent que les SDHI ne ciblent pas seulement les champignons et les moisissures, mais aussi les abeilles, les lombric et les êtres humains.

Les scientifiques pensent que le mécanisme de ces substances pourrait augmenter les risques de contracter certains cancers ou des maladies neurodégénératives comme Alzheimer ou Parkinson.

A lire aussi : Pesticides dans les fruits et légumes : attention aux effets d'annonce !

Le principe de précaution

La Daspe confirme l’avis des chercheurs : le recul est insuffisant sur les usages de plusieurs de ces produits qui ont pour la plupart été autorisés il y a moins de dix ans. Il est donc impossible de se fonder sur les données épidémiologiques relatives aux personnes exposées.

Dans son avis, la commission recommande la poursuite des travaux de recherche afin de « réduire les incertitudes sur les risques qui seraient induits chez l’homme lors de son exposition » à ces produits.