Un bonus-malus mis en place pour réduire la consommation de plastique

Pour réduire l'impact du plastique sur l'environnement, un bonus-malus sera lancé dès l'année prochaine. C'est ce qu'a annoncé le gouvernement dimanche 12 août. L'objectif : valoriser les produits recyclés.

Voir la vidéo
France 3

Pour remplir son caddie, il faudra bientôt faire plus attention aux emballages plastiques. Car selon le matériau utilisé, le prix pourrait grimper. Aujourd'hui, par exemple, sur chaque bouteille d'eau, il existe une éco-contribution, soit quelques centimes pour financer le recyclage. En 2019, un bonus-malus fera varier cette taxe selon le type de plastique. Elle pourrait grimper de cinq centimes sur une bouteille en plastique traditionnelle, et être réduite à un centime pour le plastique recyclé. Les prix pourront donc varier en rayon, sauf si les fabricants décident de ne pas répercuter ce bonus-malus sur l'étiquette. Une mesure plutôt bien accueillie par les consommateurs, certains étant prêts à changer leurs comportements.

Vers la suppression de certains produits

Pour lutter contre la pollution plastique, le gouvernement annonce également d'autres mesures. D'abord, une baisse de la TVA sur le recyclage, accompagnée d'une augmentation de la taxe sur les activités polluantes. Car aujourd'hui, cela coûte moins cher d'enfouir les déchets que de les recycler. Les pailles et les assiettes en plastique pourraient également disparaître. Nicolas Hulot prévoit d'interdire certains produits à usage unique. L'objectif du gouvernement est ambitieux : 100% de plastique recyclé en 2025 alors qu'aujourd'hui, le taux de recyclage n'est que de 22%.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des bouteilles en plastique destinées au recyclage dans le centre de tri et de valorisation des collectes sélectives des déchets du Syctom, dans le 15e arrondissement de Paris, le 5 mai 2015.
Des bouteilles en plastique destinées au recyclage dans le centre de tri et de valorisation des collectes sélectives des déchets du Syctom, dans le 15e arrondissement de Paris, le 5 mai 2015. (MAXPPP)