Salade, tomates, oignons... et additifs phosphatés

Pour des raisons de santé publique, des députés européens envisagent d’interdire les additifs phosphatés présents dans les broches de viande de kebab.

Voir la vidéo
avatar
Brut.France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Chaque année, nous en consommons environ 310 millions. Les kebabs pourraient bientôt être interdits en Europe. C’est plus précisément le kebab grillé à la broche tournante, connu aussi sous le nom de « döner kebab », qui est dans le viseur de certains députés européens. La commission de la santé du Parlement s’est prononcée, le 28 novembre dernier, pour l’interdiction des additifs phosphatés présents dans ces broches de viande. 

Selon des études scientifiques américaines, les régimes alimentaires riches en phosphates augmentent la mortalité. Ces additifs seraient notamment responsables de l’augmentation des risques cardiovasculaires. Or, ces substances sont utilisées comme additifs alimentaires car ils permettent de conserver la saveur et la fraîcheur de la viande.

200 000 emplois menacés

Cette décision serait un coup dur pour les professionnels de kebab. Il représente 200 000 emplois directs en Europe. On dénombre environ 11 000 restaurants en France, qui est le deuxième plus gros consommateur du kebab, derrière l’Allemagne.

L’avenir du kebab sera scellé lors de la prochaine séance plénière du Parlement, qui débutera le 11 décembre prochaine. 

Salade, tomates, oignons... et additifs phosphatés
Salade, tomates, oignons... et additifs phosphatés (BRUT)