Rejets toxiques dans les Pyrénées-Atlantiques : Sanofi annonce l'arrêt immédiat de l'activité de son usine fabriquant la Dépakine

Cette décision intervient quelques heures après la révélation par franceinfo d'une plainte de l'association France Nature Environnement.

L\'usine Sanofi de Mourenx (Pyrénées-Atlantiques), le 9 juillet 2018.
L'usine Sanofi de Mourenx (Pyrénées-Atlantiques), le 9 juillet 2018. (MAXPPP)

La réaction n'a pas tardé. Le groupe pharmaceutique Sanofi a annoncé, lundi 9 juillet, qu'il allait cesser "dès aujourd'hui" l'activité de son usine chimique de Mourenx (Pyrénées-Atlantiques), qui fabrique la Dépakine et qui a rejeté, en avril, jusqu'à 190 000 fois la norme autorisée de bromopropane, une substance cancérigène.

Dimanche, franceinfo avait révélé le dépôt d'une plainte de l'association France Nature Environnement dans cette affaire. Sanofi avait été mis en demeure de faire des travaux avant fin juillet, mais l'entreprise estimait qu'il n'y avait aucun risque "inacceptable" pour la santé.

Le groupe veut "un retour à la normale"

Dans un bref communiqué, lundi, Sanofi Chimie dit avoir décidé "d'engager dès aujourd'hui l'arrêt de la production de son site de Mourenx, et d'opérer les améliorations techniques annoncées et indispensables à un retour à la normale". L'entreprise précise avoir diligenté une enquête interne "pour mieux comprendre les causes et l'historique de la situation".