Protection des données personnelles : le compteur Linky "n’est pas Facebook", se défend le PDG de Direct Energie

Xavier Caïtucoli a assuré samedi sur France Inter que "la consommation à la demi-heure ne permet pas d’avoir des renseignements d’ordre privé".

Un compteur Linky à Saint-Symphorien (Deux-Sèvres), le 24 novembre 2017.
Un compteur Linky à Saint-Symphorien (Deux-Sèvres), le 24 novembre 2017. (DAMIEN MEYER / AFP)

Le compteur Linky "n’est pas Facebook", a assuré Xavier Caïtucoli, le PDG de Direct Energie samedi 28 juillet sur France Inter. "La consommation à la demi-heure ne permet pas d’avoir des renseignements d’ordre privé", a expliqué le patron de Direct Energie.

"Régler le problème avec la CNIL"

Son entreprise a pourtant été pointée du doigt par la Commission national informatique et libertés (CNIL), fin mars, sur les données personnelles. "La CNIL nous a épinglé, elle trouve que la manière dont on demandait le consentement" pour un suivi à la demi-heure, au lieu d'un suivi journalier "n’était pas suffisamment clair". Mais, "on va régler le problème avec la CNIL", a assuré Xavier Caïtucoli.

Linky ne permet pas de savoir à quel moment vous prenez votre douche, à quel moment vous sortez.Xavier Caïtucoli, le PDG de Direct Energieà France Inter

Le compteur Linky "est une formidable opportunité pour les consommateurs", a affirmé le PDG qui déplore qu’on n’ait "pas montré les avantages" de ce nouveau dispositif, alors qu’"on va de plus en plus consommer d’électricité demain".

"Si on veut améliorer sa consommation, on ne peut améliorer que ce qu’on mesure, donc il faut transformer des compteurs de plus de 50 ans en des compteurs de la génération actuelle", s’est-il défendu. "L'électricité est l'énergie du XXIe siècle" et "les heures super creuses, c'est grâce à Linky", a t-il poursuivi.

En France, plus de 7 millions de compteurs Linky ont déjà été installés. Ils sont contestés dans près de 300 communes.