Pollution d'un fleuve à la frontière polono-allemande : Varsovie offre une prime pour trouver l'auteur

Des tonnes de poissons ont déjà été repêchés dans le fleuve pollué, l'Oder. Les premiers signaux de pollution ont été enregistrés fin juillet, mais le Premier ministre polonais affirme avoir été informé de la situation "le 9 ou 10 août".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une carpe morte est sortie du fleuve Oder par des volontaires, le 13 août 2022, à Lebus (Allemagne), commune limitrophe de la Pologne. (PATRICK PLEUL / DPA / AFP)

La police polonaise a offert samedi une récompense de 210 000 euros, samedi 13 août, pour trouver l'auteur d'une grave pollution du fleuve Oder qui marque la frontière polono-allemande. Des tonnes de poissons morts ont été repêchés dans le cours d'eau depuis plusieurs jours, tandis que la population locale est appelée à rester éloignée de ses eaux. "Le commandant en chef de la police a fixé aujourd'hui une récompense d'un million de zlotys pour aider à découvrir les auteurs de cette catastrophe environnementale", a déclaré à la presse le vice-ministre de l'Intérieur, Maciej Wasik.

Le gouvernement polonais s'est retrouvé ces derniers jours sous un feu des critiques, aussi bien en Pologne qu'en Allemagne, pour ne pas avoir réagi plus tôt face à cette catastrophe qualifiée vendredi de "désastre écologique" par la ministre de l'Environnement allemande, Steffi Lemke.

Le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, a reconnu samedi avoir été informé de la situation "le 9 ou 10 août", alors que les premiers signaux de la pollution ont été enregistré fin juillet. "Il est évident que j'ai appris cela trop tard. Les services concernés auraient dû m'en informer plus tôt", a-t-il déclaré à la presse lors d'un point de presse à Gorzow Wielkopolski (ouest), chef-lieu de la région dans laquelle coule l'Oder.

Des responsables environnementaux limogés

Le chef du gouvernement a limogé vendredi Przemyslaw Daca, chef des Eaux polonaises – l'organisme d'Etat responsable de la gestion des eaux –, ainsi que Michal Mistrzak, Inspecteur en chef de la protection de l'environnement, à qui il a reproché "une action trop lente". Mateusz Morawiecki a alors également reconnu que l'échelle de la pollution était "très grande, suffisamment grande pour dire que l'Oder aura besoin d'années entières pour retrouver son état naturel".

Des volontaires sur les rives de l'Oder, le 13 août 2022 à Lebus (Allemagne). (PATRICK PLEUL / DPA)

Ce fleuve, qui coule d'abord en Pologne, puis constitue une frontière avec l'Allemagne depuis 1945, est considéré comme relativement propre depuis de nombreuses années, abritant une quarantaine d'espèces de poissons. Le Premier ministre n'a pas exclu d'autres démissions, tandis que l'opposition, des autorités locales et des organisations écologiques demandent la démission de responsables politiques, dont un vice-ministre qui encourageait encore jeudi les gens à aller se baigner dans l'Oder. Le parquet a d'ores et déjà été saisi de l'affaire.

Les autorités estiment que les poissons ont probablement été empoisonnés. Leur mort est "atypique", explique Axel Vogel, ministre de l'Environnement du Land allemand de Brandebourg, jugeant que "des tonnes" de poissons ont déjà sans doute péri. La mort des poissons est souvent causée par la distorsion des niveaux d'oxygène quand le niveau de l'eau est trop bas, explique-t-il. "Mais nous avons noté une augmentation du niveau d'oxygène depuis plusieurs jours, ce qui indique qu'une substance étrangère a été introduite et a provoqué tout ça."

Des tests sont en cours en Allemagne afin d'établir la nature de cette substance. Les autorités ont d'ores et déjà fait état de signes indiquant des niveaux extrêmement élevés de mercure. D'autres tests préliminaires publiés vendredi soir ont révélé un taux de salinité inhabituellement élevé. D'autres résultats sont attendus sur la présence éventuelle de métaux lourds ou de mercure.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement et santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.