Pêche : les ravages de la méthode électrique

La pêche électrique est désormais interdite dans les eaux territoriales françaises. Une interdiction qui vise surtout les Néerlandais, dont c'est la spécialité.

France 3

Le premier port de la pêche français a le moral en berne. Vendredi 16 août, un seul fileyeur a pris la mer. À l'arrivée, le résultat est maigre. À peine deux caisses de poissons. "On a passé la nuit en mer pour ramener 50 kilos de soles. C'est catastrophique. Ça fait huit ans que je vais en mer et je pense que c'est la pire année que l'on connaît", explique Mathieu Pinto, marin pêcheur. La faute à la pêche électrique qui a épuisé les ressources. Elle était autorisée depuis 2007 par l'Europe. Les marins hollandais en sont les principaux adeptes. Les eaux françaises leur sont désormais interdites.

Disparition totale en Europe d'ici deux ans

Mais pour les pêcheurs bolognais, le mal est fait. Quatre bateaux sont à la vente dans le port de Boulogne (Pas-de-Calais), et on compte moitié moins de fileyeurs sur le littoral des Hauts-de-France en dix ans. Il faudra encore attendre deux ans pour que la pêche électrique disparaisse totalement des eaux européennes. En attendant, sur un étal du premier port français, il n'y a plus de limande. Juste quelques soles. Les fruits d'une pêche artisanale qui essaie de survivre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des bateaux de pêche bloquent le port de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), afin de protester contre la pêche électrique pratiquée par des pêcheurs néerlandais, le 25 janvier 2018. 
Des bateaux de pêche bloquent le port de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), afin de protester contre la pêche électrique pratiquée par des pêcheurs néerlandais, le 25 janvier 2018.  (PHILIPPE HUGUEN / AFP)