Cet article date de plus d'un an.

Naufrage du "Grande America" : 45 conteneurs répertoriés comme contenant des matières dangereuses

Le navire contenait aussi 2 200 tonnes de fuel lourd dans ses soutes. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le navire italien "Grande America" en feu aux larges des côtes françaises, le 11 mars 2019. (MARINE NATIONALE)

Le navire italien Grande America, qui a sombré mardi après-midi à 333 km à l'ouest de La Rochelle, transportait "365 conteneurs, dont 45 répertoriés comme contenant des matières dangereuses" et 2 200 tonnes de fuel lourd dans ses soutes, a annoncé mercredi 13 mars le préfet maritime de l'Atlantique.

"A l'heure actuelle, le risque éventuel de pollution est principalement constitué par les 2 200 tonnes de fioul lourd qui sont à l'intérieur du bâtiment", a expliqué lors d'une conférence de presse à Brest le préfet maritime Jean-Louis Lozier.

Un peu plus de 2 000 véhicules se trouvaient à bord

"Avec des vents d'ouest variant d'ouest-sud-ouest à ouest-nord-ouest, la zone impactée (par le fuel lourd, ndlr) serait la façade entre la Charente-Maritime et la Gironde dans plusieurs jours", a-t-il estimé, assurant cependant que pour l'instant aucune pollution n'avait été détectée. Le navire "Grande America transportait des conteneurs en pontée et des véhicules dans ses ponts-garages", a souligné le vice-amiral Lozier.

"Les données fournies par l'armateur recensent 365 conteneurs, dont 45 répertoriés comme contenant des matières dangereuses et un peu plus de 2 000 véhicules. En dehors de cette cargaison, les soutes du navire contiennent environ 2 200 tonnes de fioul lourd, qui servaient de combustible de navigation au navire", a-t-il indiqué.

Le préfet a aussi précisé que l'armateur, la société Grimaldi, avait été mise en demeure de "mettre fin au danger pour la navigation et l'environnement marin représenté par les conteneurs et autres éléments à la dérive" et de "traiter les éventuelles pollutions maritimes".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.