La pollution de l'air tue chaque année 7 millions de personnes dans le monde, selon l'OMS

C'est plus que les victimes cumulées des accidents de la route, du sida, de la tuberculose et du diabète.

Des écolières indiennes couvrent leur visage pour se protéger de la pollution à New Delhi (Inde), le 8 novembre 2017.
Des écolières indiennes couvrent leur visage pour se protéger de la pollution à New Delhi (Inde), le 8 novembre 2017. (SAJJAD HUSSAIN / AFP)

On craint la pollution de l'air car elle contribue au réchauffement de la planète. Mais elle devrait aussi inquiéter pour ses conséquences directes, parfois méconnues : elle tue chaque année 7 millions de personnes dans le monde, estime l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans un bilan annuel (en anglais) publié mercredi 2 mai.

Ce chiffre est en hausse : le dernier bilan publié en 2016 évoquait 6,5 millions de morts par an. Et si le nombre de morts liées à la pollution intérieure – due notamment aux fours et aux chauffages – a diminué, de 4,3 à 3,8 millions, celles liées à l'air extérieur ont explosé, de 3 à 4,2 millions.

Neuf humains sur dix respirent un air pollué

Ces décès ne touchent pas le monde entier de manière égale : 90% d'entre eux ont lieu dans des pays aux revenus faibles ou moyens, explique l'OMS, pour l'essentiel en Asie et en Afrique.

L'organisation liée aux Nations unies met en avant un autre chiffre : neuf habitants de la planète sur dix respirent un air "contenant des niveaux élevés de polluants". Les zones les plus polluées du monde se trouvent au Moyen-Orient et en Asie du Sud-Est.

Cette pollution est considérée par l'OMS comme un facteur important de maladies non transmissibles. Elle causerait, estime le rapport, 24% des morts liées aux maladies cardiaques et 29% des morts du cancer du poumon.