Eurythenes Plasticus : un petit crustacé des abysses contaminé par le plastique avant même d'être découvert

C’est dans la fosse des Mariannes, l’un des endroits les plus profonds du monde, que l’on a retrouvé cette nouvelle espèce d’amphipode, contaminée avant sa découverte par du polyéthylène téréphtalate, un polymère qui compose notamment les bouteilles d’eau.

Le PET, la substance retrouvée dans le corps de cette nouvelle espèce d’amphipode, est couramment utilisé pour fabriquer des bouteilles de boisson jetables, des film plastiques et des fibres textiles.
Le PET, la substance retrouvée dans le corps de cette nouvelle espèce d’amphipode, est couramment utilisé pour fabriquer des bouteilles de boisson jetables, des film plastiques et des fibres textiles. (WWF FRANCE)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

C’est une situation qui montre l’ampleur et la profondeur de la pollution plastique de la planète : une étude publiée jeudi et soutenue par le WWF révèle qu’une nouvelle espèce découverte à plusieurs kilomètres de profondeur sous l’eau était déjà contaminé par le plastique. L’identité de cette espèce est maintenant intimement liée à cette pollution, puisqu’il porte désormais le nom d’Eurythenes plasticus.

A moins 6 900 mètres, il contient du PET

D’à peine un centimètre, le petit amphipode a été répertorié à 6 900 mètres de profondeur dans la fosse des Mariannes, dans l’océan pacifique, l’un des endroits les plus profonds du monde. Et il contient… du micro plastique de PET (polyéthylène téréphtalate) un polymère utilisé pour fabriquer les bouteilles d’eau, certains emballages ou encore certains vêtements de sports en fibre dite "technique".

Des morceaux de plastique avaient déjà été repérés dans cette fosse : cette nouvelle découverte a donc valeur de symbole. "Il y a beaucoup de nouvelles espèces que l’on trouvera et que l’on décrira, dans les océans, qui seront contaminées, malheureusement", déplore Arnaud Gauffier, directeur des programmes du WWF.

On ne les connaît pas encore, mais il y a fort à parier que leur organisme contient déjà des particules de plastiques issues d’une activité humaine. Arnaud Gauffierà franceinfo

Chaque année plus de huit millions de tonnes de déchets finissent dans l’océan. Aucun endroit sur la planète ne semble échapper à cette pollution.