Côte-d'Or : soupçons de trafic de déchets à Millery

À Millery en Côte-d'Or, une déchetterie pose question. Pendant 14 ans, les habitants se sont battus pour sa fermeture. Ils ont obtenu gain de cause en janvier dernier pour arrêter le stockage de produits industriels, mais un des géants du recyclage aurait continué son activité en toute illégalité. 

Voir la vidéo
FRANCE 3

Au milieu des terres vallonnées en Côte-d'Or, il y a le village de Millery, 300 habitants. Mais sur la colline d'en face, derrière ces filets, une décharge qui inquiète tout le voisinage. Cet éleveur dispose de près juste à côté. Marcel Charles craint les effets du ruissellement des eaux usées. Dans cette décharge, pendant dix ans des camions ont déversé 554 000 tonnes d'ordures ménagères et de déchets industriels. Depuis son ouverture, habitants et élus ne cessent de se battre contre la décharge.

Un subterfuge pour faire passer des déchets industriels pour des ordures ménagères

Trop polluante, trop volumineuse, elle ne serait pas assez contrôlée selon eux. En janvier 2018, un arrêté préfectoral finit par interdire les déchets industriels. Seules les ordures ménagères sont admissibles sur le site. Mais le maire de la commune constate quelques mois plus tard devant l'entrée de la décharge trois semi-remorques trop gros pour ne transporter que des ordures ménagères. Le maire saisit alors les services de l'État et ils découvrent que pour entrer dans la décharge ces camions utilisaient des badges de sociétés de la Côte-d'Or. Un subterfuge pour faire de ces déchets industriels de simples ordures ménagères. 3 700 tonnes sont ainsi été acceptées illégalement. La décharge appartient à une filiale du groupe Paprec, le géant du recyclage en France. Une enquête a été ouverte par le procureur de la République de Dijon.

Le JT
Les autres sujets du JT
Soupçons de trafic de déchets à Millery.
Soupçons de trafic de déchets à Millery. (CAPTURE D'ÉCRAN FRANCE 3)