Conteneurs perdus en mer du Nord : aux Pays-Bas, les habitants des îles viennent se servir en frigos, téléviseurs et sommiers échoués sur la plage

Un porte-conteneur a perdu son chargement alors qu'il faisait route vers l'Allemagne. Environ 270 conteneurs sont passés par dessus bord, près d'une trentaine se sont déjà échoués. Certains contiennent des substances dangereuses.

Des volontaires nettoient la plage des déchets contenus dans les conteneurs perdus par le MSC Zoe, le 2 janvier 2019.
Des volontaires nettoient la plage des déchets contenus dans les conteneurs perdus par le MSC Zoe, le 2 janvier 2019. (MINKE SCHAT / DPA / MAXPPP)

C'est une scène pour le moins inhabituelle qui se déroule depuis mercredi 2 janvier sur plusieurs îles des Pays-Bas. Des frigos, des télévisions et des objets de toutes sortes sont éparpillés un peu partout sur les plages, transformées en véritable déchetterie à ciel ouvert. Un porte-conteneur qui faisait route vers l’Allemagne a en effet perdu une bonne partie de son chargement en raison d’une violente tempête.

Une trentaine de conteneurs échoués

Environ 270 conteneurs sont passés par dessus bord. Près d’une trentaine se sont déjà échoués. À Vlieland, dans le nord du pays, autorités et bénévoles font de leur mieux pour déblayer les plages. Devant la caserne de pompiers, une poignée de volontaires attendent des véhicules de la mairie et des secours. Ils vont rejoindre les plages, à l’autre bout de Vlieland. Catherine, 37 ans, vient de la région de Gand en Belgique. Elle était venue passer des vacances ici, mais devant l’ampleur de la catastrophe, elle a décidé, avec son amie, Sara, de participer aux déblaiements : "C’est un peu bizarre de voir des chaises sur la plage. On est en train d’en rigoler mais quand on y pense, c’est pas bon. Tout le plastique et les trucs dans l’eau et sur la plage... Alors on s’est dit ce matin qu’on allait venir aider", raconte-t-elle. 

Déblaiement et pillage d'épave

En tenue de secouriste volontaire, Manon, 34 ans, participe elle aussi au nettoyage. Comme beaucoup d’habitants de l’île, elle a d’abord largement pratiqué ce qu’on appelle ici le "jutten", le pillage d’épaves.

D'abord je me suis servie et ensuite j'ai aidéManon, participante au nettoyage des plagesà franceinfo

Sur les îles voisines, des centaines de personnes ont pu récupérer de nombreux frigos, téléviseurs et sommiers. Ici Manon y a trouvé son compte : "J’ai ramené chez moi 12 plaids, une chaise et quelques vestes", explique-t-elle. La maire de Vlieland a incité les riverains à se servir sur les plages : "C'est gentil de venir récupérer des objets ici, en même temps ça aide à nettoyer un peu la plage". Elle a déjà envoyé une lettre à l'armateur du MSC Zoe, l'immense navire qui a perdu les conteneurs, elle veut qu'il paye pour le nettoyage.

Susbtances dangereuses

Jeudi midi les plages étaient pratiquement toutes déblayées mais tout le monde ici s’attend à ce que d'autres conteneurs s’échouent dans les prochains jours. Et surtout les autorités ont peur que la population entre en contact avec trois grandes caisses notamment qui contiennent de peroxyde organique en poudre, une substance dangereuse qui sert notamment à la fabrication du plastique. Les autorités pensent en avoir trouvé un premier sac de 25 kilos aujourd’hui sur une plage.

Le reportage d'Antoine Mouteau aux Pays-Bas.
--'--
--'--