Climat : producteur de moules, il s'associe à la plainte contre l'État

Un producteur de moules de Charente-Maritime s'est associé à la plainte contre l'État pour "inaction climatique". Cette dernière a été soutenue par une pétition qui a recueilli plus de 2 millions de signatures.

FRANCE 3

Quatre associations écologistes vont porter plainte contre l'État pour "inaction climatique". L'initiative est soutenue par une pétition qui a recueilli plus de 2 millions de signatures. Parmi elles, celle de Jean-François Périgné, mytiliculteur. Sur cette côte de l'Île d'Oléron (Charente-Maritime), un producteur de moules s'élève contre l'État. Jean-François Périgné lui reproche de ne pas assez lutter contre le réchauffement climatique. En ce mois de mars, il prépare ses installations : "Les moules qui sont au large sont en train de se reproduire, les larves sont entraînées par les courants et vont se fixer sur un support". Les moules grossiront normalement jusqu'à l'été, mais d'année en année, il voit la santé des coquillages se dégrader. "Sur les bouchots, on sent une nette dégradation de la qualité, du poids total. Les animaux sont de plus en plus maigres", explique Jean-François Périgné.

2,2 millions de signatures

Première cause : les fortes tempêtes qui se multiplient et qui à force, bousculent les écosystèmes. Il est d'autant plus inquiet qu'il y a vingt ans, c'est déjà une tempête qui avait ravagé son activité d'alors, la culture d'algues. À terre, les travaux peuvent réparer les dégâts des tempêtes, mais en mer, elles ont des conséquences irréversibles sur la biodiversité. Parce que Jean-François Périgné voit ses moules malades, il s'est associé à la plainte de quatre associations contre l'État, défendue dans un clip avec des célébrités. Une plainte appuyée par une pétition signée par 2,2 millions de personnes, un record et un soutien populaire qui conforte les associations dans leur démarche. Face à cette mobilisation inattendue, le ministre de la Transition écologique a invité 175 signataires de la pétition à débattre, mais pour lui, cette plainte ne fera pas baisser les émissions de gaz à effets de serre. Une plainte sera pourtant bien déposée vendredi 15 mars.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une jeune fille avec une pancarte pendant la marche pour le climat, le 22 février 2019, à Paris.
Une jeune fille avec une pancarte pendant la marche pour le climat, le 22 février 2019, à Paris. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)