Cancers pédiatriques : l'indignation des familles de Sainte-Pazanne

Dans le secteur de Sainte-Pazanne, en Loire-Atlantique, des parents d'enfants malades de cancer sont choqués. L'enquête, menée depuis huit mois, affirme ne pas avoir identifié de cause commune.

France 2

Séverine Ragot est une mère révoltée : son fils est décédé à l'âge de 12 ans d'un cancer du sang. Mais les autorités stoppent l'enquête sur les cas de cancers pédiatriques dans la région. "Nous dire (...) on ne peut pas chercher, ce n’est pas entendable", regrette-t-elle. Une première analyse épidémiologique a bien eu lieu sur les 13 familles concernées sur sept communes ces quatre dernières années. Il y a certes plus de cancers pédiatriques qu'ailleurs en France, mais aucune cause commune n'a été identifiée.

De nombreux diagnostics réalisés

Selon les autorités de santé, d'autres prélèvements dans l'environnement ne serviraient à rien. Des diagnostics avaient été réalisés dans 17 logements d'enfants atteints de cancer, sur des sites industriels et à l'école Notre-Dame-de-Lourdes. L'Agence régionale de santé (ARS) regrette ce résultat non probant. "Nous avons bien conscience que ça ne répond pas aux questions des familles et plus généralement aux questions des habitants de Sainte-Pazanne et de l'ensemble des communes concernées", indique Nicolas Durand de l'ARS Pays de la Loire.

Le JT
Les autres sujets du JT
Dans le secteur de Sainte-Pazanne, en Loire-Atlantique, des parents d\'enfants malades de cancer sont choqués. L\'enquête, menée depuis huit mois, affirme ne pas avoir identifié de cause commune.
Dans le secteur de Sainte-Pazanne, en Loire-Atlantique, des parents d'enfants malades de cancer sont choqués. L'enquête, menée depuis huit mois, affirme ne pas avoir identifié de cause commune. (FRANCE 2)