Cet article date de plus de trois ans.

Bilan de la canicule à Lille : "Je ne suis pas partie en vacances, mais je me suis retrouvée en Sicile !"

Comme partout en France, les Lillois ont subi une forte chaleur cet été. Maisons de retraite, centres de loisirs et marchés en gardent de brûlants souvenirs. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des brumisateurs à Lille, le 2 août 2018. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

L'épisode de canicule est derrière nous. Mais il a marqué l'été 2018, partout en France et en particulier dans le Nord. À Lille, il n'avait jamais fait aussi chaud depuis 1945, soit depuis que Météo France établit des relevés. Le thermomètre indiquait par exemple 36,9° le 27 juillet à 16 heures. Les fortes chaleurs ont marqué les maisons de retraite, les centres de loisirs pour enfants et les marchés, ainsi que l'a constaté franceinfo. 

Après la canicule, des personnes âgées sous surveillance

Les Lillois ont dû s'adapter à cette chaleur inhabituelle dans leur région. À la résidence Edylis, comme dans tous les établissements hospitaliers pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), une pièce de vie climatisée accueille les résidents. "Il fait autour de 24-25 degrés" raconte la directrice de l'établissement, Laëtitia Deneuville. "C'est surtout maintenant qu'on se rend compte que les organismes ont été fragilisés, poursuit-elle. On a un certain nombre d'hospitalisations, des résidents qui attrapent très facilement un rhume."

Les conséquences de la canicule, c'est maintenant

Laëtitia Deneuville, directrice d'Edilys à Lille

à franceinfo

Roger, 83 ans, fait partie des 65 résidents. "À côté de certains, ça va mieux", rigole-t-il. "Sur tous les murs, il y a écrit qu'il faut boire au moins un litre et demi, je sais lire encore !"

Roger, 83 ans, résident de l'Ehpad Edilys à Lille.  (Benjamin Illy / RADIO FRANCE)

Sur le marché, un arrosage imprévu

Direction la place du Concert, où se tient le marché du Vieux-Lille. "J'ai passé l'été dans les champs, raconte un maraîcher. Pour que ma graisse fonde !" Il estime avoir perdu entre 2 000 et 3 000 euros : "on a eu beaucoup de pertes. Le gibier a tellement soif qu'il mange la salade et les légumes."

Marie, 60 ans est aussi commerçante en fruits et légumes. "On a eu moins de quantités", regrette-t-elle. Marie a dû arroser ses légumes, avec un pulvérisateur de 5 litres. Mais la commerçante se réjouit, "pour une fois qu'on a du soleil ! Je ne suis pas partie en vacances cette année, et bien voilà, je me suis retrouvée en Sicile !"

C'était les Ch'tis au soleil ! 

Marie, commerçante sur le marché du Vieux-Lille

à franceinfo

Marie vendeuse de fruits et légumes dans le Vieux-Lille, août 2018. (Benjamin Illy / RADIO FRANCE)

Des jeux d'intérieur pour les enfants

Dans un centre d'accueil de loisirs, les responsables ont dû adapter les plannings. "Il a fallu privilégier les activités d'intérieur", raconte Fatia, la directrice. Et puis faire attention aux enfants, comme Anaïs et Lily, 10 ans. "On avait chaud, il fallait s'hydrater, on avait toujours de l'eau à disposition. On est plus habitués à avoir de la pluie", rigolent les fillettes. 

Fin août, Lille respire. Les températures n'ont pas dépassé 30 degrés depuis le 7 août, le mercure est même parfois descendu en dessous des 20 degrés. Ce qui n'empêche pas les Lillois de s'accrocher à l'été et à certains de rester en short. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement et santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.