Cet article date de plus d'onze ans.

Entre le 1er juin et le 30 septembre 2009, il y a eu 462 morts par noyade, "en moyenne près de 4 décès par jour"

La baignade doit rester synonyme de vigilance, a avertit l'Institut de veille sanitaire dans le rapport final de l'enquête noyade 2009, qui a recensé pendant la période 1366 noyades accidentelles en France, dont ces 462 mortelles.782 ont eu lieu en mer (188 morts), 239 en piscine (54), 143 en plan d'eau, 151 en cours d'eau, 51 dans d'autres lieux.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (Getty Images / Geir Pettersen)

La baignade doit rester synonyme de vigilance, a avertit l'Institut de veille sanitaire dans le rapport final de l'enquête noyade 2009, qui a recensé pendant la période 1366 noyades accidentelles en France, dont ces 462 mortelles.

782 ont eu lieu en mer (188 morts), 239 en piscine (54), 143 en plan d'eau, 151 en cours d'eau, 51 dans d'autres lieux.

Parmi les morts, figurent 98 jeunes de moins de 20 ans. "On déplore 39 décès d'enfants de moins de 6 ans, dont 17 en piscine privée familiale", précise l' InVS.

En piscine les enfants de moins de 6 ans se sont noyés parce qu'ils ne savaient pas nager et qu'ils ont échappé à la surveillance d'un adulte. En cours d'eau ou plan d'eau, les adultes se sont noyés à la suite d'un malaise, d'une chute en relation avec la consommation d'alcool, ou d'une activité dangereuse et/ou solitaire.

En mer, les victimes de noyade étaient souvent des touristes de plus de 45 ans ayant un problème de santé.

Pour favoriser la prévention, une nouvelle brochure de l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé, Mode d'emploi de la baignade, pour un été en toute sécurité détaille les précautions à prendre. Elle est diffusée via les préfectures, offices de tourisme, CRS, pompiers, sauveteurs en mer ainsi qu'aux péages d'autoroute. Elle est téléchargeable sur le site de l' Inpes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.