Vidéo Pour l’actrice X Nikita Bellucci, il faut parler du porno aux mineurs

Publié
Durée de la vidéo : 4 min.
Pour l'actrice de films pornographiques Nikita Bellucci, les parents et l'Éducation nationale doivent parler du porno aux mineurs. Voilà pourquoi.
BRUT
Article rédigé par

Pour l'actrice de films pornographiques Nikita Bellucci, les parents et l'Éducation nationale doivent parler du porno aux mineurs. Voilà pourquoi.

"On accède beaucoup trop facilement aux sites pornos. Il suffit de savoir lire et de savoir cliquer sur une souris pour accéder à des milliers et des milliers de contenus." L'actrice de films pornographiques Nikita Bellucci s'inquiète de voir les contenus X trop facilement accessibles à tous. "J'ai encore des messages de mineurs, j'ai également reçu des photos d'un mineur, des photos intimes d'un mineur. La question que je me pose, c'est : "Où sont les parents ?"" Elle confie notamment avoir déjà constaté que des mineurs âgés de moins de 12 ans étaient déjà tombés sur des images pornographiques.

Un État plus responsable sur la question ?

Pour l'actrice, "l'État doit prendre ses responsabilités, l'éducation nationale ainsi que les parents". Elle estime qu'il est nécessaire qu'il y ait de la pédagogie. "Expliquer pourquoi c'est interdit, expliquer que ce sont des images créées par des adultes et pour des adultes et certainement pas pour des enfants." Elle suggère également de "se rapprocher de professionnels qui travaillent dans cette industrie-là, de parler avec eux, de se rapprocher d'eux pour peut-être mettre des choses en place, des conférences ou ce système de questions-réponses anonymes".

Si l'actrice X attend de l'État de prendre ses responsabilités, elle ne se dédouane pas pour autant des siennes. "Nous, en tant que travailleurs du sexe, on se doit de prendre nos responsabilités, on est pas obligés de publier des scènes ou des images trash sur les réseaux sociaux, ça nous empêchera pas de faire notre pub", explique-t-elle. Mais selon elle, beaucoup ne fonctionnent pas comme elle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.