Cet article date de plus de neuf ans.

En Tanzanie, une équipe a mis au point un piège à moustiques radical: les chaussettes sales bien odorantes

Gag douteux? Que nenni! Juste une trouvaille insolite pour tenter de limiter un fléau comme le paludisme qui a encore fait 800.000 morts en 2009 dans le monde, dont 90% en Afrique.Soutenus par la fondation Bill et Melinda Gates, les chercheurs ont trouvé que la senteur des pieds était le meilleur moyen d'attirer les insectes dans un piège mortel.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Aedes aegypti, le moustique vecteur de la dengue. (AFP/PATRICE COPPEE)

Gag douteux? Que nenni! Juste une trouvaille insolite pour tenter de limiter un fléau comme le paludisme qui a encore fait 800.000 morts en 2009 dans le monde, dont 90% en Afrique.

Soutenus par la fondation Bill et Melinda Gates, les chercheurs ont trouvé que la senteur des pieds était le meilleur moyen d'attirer les insectes dans un piège mortel.

Cette équipe, dirigée par le Dr Fredros Okumu de l'Institut de la santé Ifakara, en Tanzanie, a ainsi mis au point deux prototypes de pièges odorants qui "attirent quatre fois plus de moustiques qu'un humain", selon des tests réalisés sur le terrain.

Les prototypes, qui ont la forme d'une boîte, renferment des chaussettes sales ou des objets synthétiques qui reproduisent l'odeur typique et désagréable caractéristique de la transpiration plantaire.

"Lorsque les moustiques pénètrent dans le piège, ils sentent quelque chose qu'ils croient être un humain, ils tentent de le piquer et, plutôt que de sucer du sang, ils se font tuer" par un insecticide ou un agent biologique, précise le Dr Okumu.

Entomologiste de formation, le Dr Okumu espère d'ici deux ans être en mesure d'implanter ses pièges dans un certain nombre de villages en Tanzanie - région infestée de moustiques - et de tester leur impact global sur la santé des habitants.

La Fondation Gates, qui soutient le projet tout comme l'ONG canadienne Grand Challenges, a fourni une nouvelle bourse de 775.000 dollars le 13 juillet à l'équipe. Peter Singer, le président de l'ONG financée par le gouvernement canadien, ne tarit pas d'éloges pour l'invention simple et originale du Dr Okumu: "Qui aurait pensé qu'un panier à linge pouvait cacher une technologie permettant de sauver des vies?", a-t-il dit.

Le Dr Okumu dit avoir senti le besoin de mettre au point une nouvelle méthode de lutte contre les moustiques en constatant les limites des principaux moyens actuellement employés, comme les moustiquaires de lits et les répulsifs. L'avantage des pièges, selon lui, est qu'ils seront utilisés à l'extérieur des habitations et qu'ils seront donc une méthode complémentaire de lutte contre les moustiques qui transmettent le paludisme par piqûre.

Outre le paludisme, les moustiques sont aussi des vecteurs de la dengue, une infection virale qui touche quelque 50 millions de personnes chaque année, de la fièvre jaune, de la filariose et du virus du Nil occidental.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.