Dyslexie : des chercheurs français ont repéré une cause du trouble, qui devrait faciliter le diagnostic

Des chercheurs ont peut-être trouvé une cause anatomique de la dyslexie. Un trouble qui provoque des difficultés de lecture et d'écriture. 

Le diagnostic de la dyslexie pourrait être facilté par la découverte publiée par deux physiciens de l\'Université de Rennes (illustration).
Le diagnostic de la dyslexie pourrait être facilté par la découverte publiée par deux physiciens de l'Université de Rennes (illustration). (MAXPPP)

Des chercheurs ont peut-être découvert une cause de la dyslexie. Deux physiciens de l'Université de Rennes 1 (Ille-et-Vilaine), Guy Ropars et Albert Le Floch, publient leurs travaux mercredi 18 octobre. Le trouble, qui entraine des difficultés de lecture et d'écriture, serait provoqué par une anomalie au niveau des yeux. Environ 10% de la population est concernée par cette avancée scientifique. 

La cause du trouble au fond des yeux

Dans l'œil se situe une zone précise appelée "la tache de Maxwell". Les chercheurs ont étudié la forme de cette partie des yeux chez 30 étudiants qui sont dyslexiques et chez 30 autres qui ne souffrent pas de ce trouble. Ils ont observé que chez tous les patients dyslexiques, cette tache de Maxwell était identique pour les deux yeux, alors que dans l'autre groupe, la zone de l'œil étudiée n'avait pas la même forme.

Une personne ne souffrant pas de dyslexie, possède un œil directeur, celui qui prend en quelque sorte le pouvoir sur l'autre. Dans ce cas, si vous regardez la lettre d, votre œil directeur va imprimer cette lettre dans le cerveau, alors que l'autre œil enregistre l'image miroir, soit la lettre b. Le cerveau choisit le signal le plus fort, celui émis par l'œil directeur. Ainsi, vous lisez sans aucune difficulté. 

En revanchez, chez une personne dyslexique, les deux yeux enregistrent une image identique. Pour le cerveau, elles ont la même valeur et il est incapable de choisir entre la lettre d et la lettre b. C'est ce qui provoque notamment les difficultés à lire un texte. 

Un diagnostic facilité

Cette découverte a deux conséquences pour faciliter la vie quotidienne des patients. En premier lieu, le diagnostic va être facilité : il suffira d'observer la forme de la tache de Maxwell dans chacun des yeux du patient. Si les deux zones sont identiques, alors la personne est dyslexique. Cet examen très simple pourra être pratiqué chez des sujets très jeunes. Les deux physiciens ont aussi observé que si l'on éclairait le texte lu par une personne dyslexique avec une lumière fonctionnant à une fréquence très précise, on pouvait effacer l'image miroir qui gêne les patients souffrant du trouble. Les étudiants ayant testé cette sorte de système stroboscopique l'appellent déjà la lampe magique.    

Les avancées scientifiques sur la dyslexie - les explications de Bruno Rougier
--'--
--'--