Tabac, alcool, drogues : les ados de moins en moins séduits

Les substances addictives sont progressivement délaissées par les jeunes Français depuis 2000.

Deux tiers des ados interrogés affirment avoir bu de l\'alcool au cours du dernier mois
Deux tiers des ados interrogés affirment avoir bu de l'alcool au cours du dernier mois

Plus prudents, les jeunes ? C’est ce qui semble ressortir de la dernière enquête de l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) sur les usages de substances addictives des adolescents français, publiée le 9 février. "Globalement,  les  consommations  en  2017  à  la  fin  de  l’adolescence  sont  parmi  les  plus  basses  enregistrées depuis le début des années 2000", peut-on lire dans un communiqué de presse de l’OFDT.

Le tabagisme en recul

C’est la neuvième enquête de ce type menée par l’OFDT, qui a constitué un échantillon de plus de 46 000 jeunes Français de 17 ans lors de la journée d’appel de préparation à la défense (Escapad) de 2017. L’OFDT s’est basé sur trois indicateurs principaux : le tabac et ses dérivés, l’alcool et les drogues illicites.

Concernant le tabac, les résultats de l’enquête montrent que "tous les indicateurs relatifs au tabagisme sont en recul entre 2014 et 2017". Aujourd’hui, 59 % des jeunes de 17 ans déclarent avoir déjà fumé des cigarettes, contre 68,4 % en 2014. Quant à l’usage quotidien de tabac, il est en baisse depuis 2014 (de 32,4 % des adolescents de 17 ans fumaient tous les jours en 2014, contre 25,1 % aujourd’hui). Autre bonne nouvelle pour l’OFDT, l’âge moyen de la première expérimentation de tabac s’élève. Alors qu’il était de 14 ans en 2014, il est désormais de 14 ans et 5 mois. "Les niveaux en 2017 sont les plus bas depuis la mise en place de l’enquête", indique le communiqué.

L’enquête s’est également penchée sur l’usage de la chicha, et note, là encore, que moins de jeunes indiquent en consommer (64,7 % en 2014 contre 49,9 % en 2017). L’usage de cigarettes électroniques reste revanche très stable. 

L’alcool largement consommé

C’est néanmoins l’alcool qui reste la substance la plus expérimentée chez les jeunes de 17 ans, puisque 85,7 % des adolescents interrogés affirment en avoir déjà bu. Deux tiers d’entre eux affirment par ailleurs en avoir bu au cours du dernier mois. L’OFDT note tout de même un "recul continu de sa diffusion depuis une décennie". L’enquête s’est également penchée sur les circonstances de la dernière  prise  d’alcool chez les jeunes. Résultat : 9 fois sur 10, la consommation a lieu le week-end. Plus étonnant, près de 30 % des jeunes disent consommer de l’alcool en présence de leurs parents.

A lire aussi : "Ados, attention aux dégâts du binge drinking sur le cerveau !"

Hors cannabis, des prises de drogues très rares

En ce qui concerne les drogues, "l’expérimentation  du  cannabis recule  très  sensiblement" depuis 2014, avec 39,1 % des jeunes de 17 ans qui en ont déjà consommé. Un record : ce niveau est le plus bas jamais enregistré depuis la création de l’enquête Escapad. Quand aux autres drogues, elles restent "essayées que par une petite minorité de jeunes", minorité qui privilégie les produits stimulants, comme l’ecstasy, la cocaïne ou les champignons hallucinogènes. Le purple drank enfin – mélange de sirop codéiné antalgique et de soda plébiscité par certains rappeurs – a déjà été expérimenté par 8,5 % des personnes interrogées.