Objectif zéro tabac en Nouvelle-Zélande : "Quelque chose d'inexorable dans tous les pays du monde" et la France "s'y dirige", assure un tabacologue

"On imagine tout à fait la France faire la même chose" que la Nouvelle-Zélande, affirme ce vendredi sur franceinfo, Bertrand Dautzenberg, pneumologue et tabacologue. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Un marquage au sol "Espace sans tabac" à l'entrée d'une école à Pont-de-Roide (Doubs), le 14 octobre 2021. (LIONEL VADAM / MAXPPP)

Bertrand Dautzenberg, pneumologue, tabacologue et secrétaire général d'Alliance contre le tabac, a affirmé vendredi 10 décembre sur franceinfo que la fin du tabac "est quelque chose d'inexorable dans tous les pays du monde" et que la France "s'y dirige". La Nouvelle-Zélande est le premier pays à afficher clairement cet objectif. Le gouvernement a précisé ses mesures pour interdire progressivement la vente de tabac et créer des générations sans tabac : relèvement de l’âge minimum pour acheter des cigarettes, baisse des taux de nicotine, diminution des points de vente. Même si "la France a 4-5 ans de retard sur la Nouvelle-Zélande", selon le professeur, il est convaincu qu'"on va y arriver".

franceinfo : Peut-on imaginer la même chose en France ?

Bertrand Dautzenberg : On imagine tout à fait la France faire la même chose et on s'y dirige. Le tabac régresse en France. On vend quasiment deux tiers de cigarettes de moins qu'au lancement du premier plan cancer avec Jacques Chirac. Et vers 2030, on attend les premières générations sans tabac. Des générations avec moins de 5% de fumeurs. C'est quelque chose que les Français veulent. La grande majorité des Français voudraient se débarrasser du tabac et on va y arriver progressivement. Le tabac est quelque chose qui nécessite qu'on s'y prenne doucement et lentement. Cela ne peut pas se passer d'un coup. Mais ceci est quelque chose d'inexorable dans tous les pays du monde. La France a 4-5 ans de retard sur la Nouvelle-Zélande.

La France en prend-elle le chemin ?

La France a décidé de faire des générations sans tabac. C'est Marisol Touraine qui, en 2012, avait décidé que les jeunes qui ont 18 ans en 2030 seront non-fumeurs. Et nous, on travaille pour avoir ces générations non-fumeurs. On essaye de pousser et de persuader les politiques. On voudrait bien que ce débat s'invite aussi dans la présidentielle, d'arriver vers ce monde sans tabac. C'est quelque chose qui se fait inexorablement. Il suffit juste d'accélérer un petit peu la descente et ça va se faire. La prohibition, ça ne marche pas, donc ça va se faire avec tout un tas de mesures, dont l'interdiction de vente aux mineurs. L'Alliance contre le tabac, dont je suis secrétaire général, propose clairement qu'à partir de 2030, les jeunes de 18 ans ne puissent plus acheter de cigarettes. C'est dire qu'en 2031, ceux de 19 ans ne pourront plus en acheter, 2032, ceux de 20 ans, etc.

La Nouvelle-Zélande dit aussi que cela doit passer en attendant par une baisse du taux de nicotine dans les cigarettes qui sont en vente aujourd'hui. Est-ce utile ?

Je pense que c'est plutôt inutile. Les cigarettes sont addictives. 90% des cigarettes sont fumées par des drogués à la nicotine qui veulent leur dose. Et dès qu'on propose aux fumeurs des produits avec un tout petit peu moins de nicotine, par exemple, les nouvelles pseudocigarettes de tabac chauffé, les gens tirent plus dessus. Baisser le taux de nicotine, c'est ce qu'on avait fait avec les cigarettes légères, ce qui est un mensonge absolu. C'est ce que l'on avait essayé en passant du tabac brun au tabac blond à filtre qui ne filtre rien du tout. Donc, toutes les baisses de nicotine sont des leurres et c'est une stratégie de l'industrie du tabac de faire croire qu'on peut baisser.

On peut baisser la nicotine prise par les fumeurs en leur donnant de la nicotine délivrée tout doucement et non en shoot comme le fait la cigarette, le tabac chauffé. Cela peut être des patchs, cela peut être des gommes, cela peut être la cigarette électronique. Ça peut être un médicament qui s'appelle la varénicline, qui, malheureusement, est en rupture depuis cinq mois au niveau mondial et tout le monde s'en fiche. On nous dit que cela va durer encore pendant cinq mois alors que le tabagisme, la dépendance tabagique est une maladie mortelle. 

La moitié des gens qui fument toute leur vie meurent d'une maladie liée au tabac et perdent en moyenne 20 années de vie si ce sont des hommes, 22 années, si ce sont des femmes. Le tabac est un destructeur massif et c'est une maladie qui est inoculée par l'industrie du tabac aux jeunes entre 15 ans et 25 ans un âge où on peut inoculer dans le cerveau des récepteurs nicotiniques.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Lutte contre le tabagisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.