INFOGRAPHIE. L'impact de la hausse du prix des cigarettes sur la consommation, en quatre graphiques

Le prix d'un paquet de cigarettes va progressivement être porté à 10 euros, a annoncé le Premier ministre, Edouard Philippe, mardi, lors de sa déclaration de politique générale. Objectif : réduire la consommation de tabac en France. 

Il veut mettre le paquet. Dans son discours de politique générale, mardi 4 juillet, le Premier ministre, Edouard Philippe, a annoncé que son gouvernement souhaitait augmenter fortement le prix des paquets de cigarettes. Ce prix sera progressivement porté à 10 euros, contre environ 7 euros actuellement, soit une hausse de 40%. 

"Le tabac en France entraîne plus de 80 000 décès [par an]. C'est la première cause de mortalité évitable, et la consommation quotidienne de tabac augmente chez les adolescents, a martelé le chef du gouvernement devant l'Assemblée nationale. Ne rien faire est exclu." Mais quelle est l'efficacité réelle d'une augmentation du prix sur la consommation de tabac ? Franceinfo fait le point en trois infographies.  

Une augmentation du prix induit-elle systématiquement un recul du tabagisme ?

Oui. Selon l’Organisation mondiale de la santé, l’augmentation des prix du tabac est "le moyen le plus efficace de diminuer la consommation". La hausse du prix entraîne une diminution du nombre de fumeurs, selon l'OMS. Quant à ceux qui continuent de fumer, ils diminuent leur consommation. L'augmentation du prix décourage aussi les jeunes de commencer à fumer, et les personnes ayant arrêté de recommencer. L’OMS estime que, dans les pays riches, une augmentation de 10% des prix du tabac peut réduire la consommation d’environ 4 %.

"L’efficacité de la hausse des prix du tabac est liée au caractère significatif et répété de la hausse. Si on a seulement de petites hausses, il y a un lissement des effets au cours du temps", explique Emmanuelle Béguinot, directrice du Comité national contre le tabagisme (CNCT). "Avec cet objectif du paquet à 10 euros, on part dans de bonnes conditions", approuve-t-elle.

Cependant, si s’attaquer au prix des cigarettes est un premier pas, "il faut qu'on ait une approche qui soit cohérente et qui concerne l'ensemble des produits du tabac", prévient-elle. Elle préconise des majorations de taxes parallèles sur le tabac à rouler, pour éviter des transferts de consommation. La Cour des comptes estime en effet que la vente de tabac à rouler a continué à progresser en France car il reste moins taxé que les cigarettes.

Quel est l'impact du prix dans les autres pays de l'Europe ?

Alors que 29,8 % des hommes adultes fument du tabac en France, ils étaient 42,4% en Bulgarie en 2015. Le prix n’explique pas tout, mais il est certain qu’à moins de 3 euros le paquet, le montant ne décourage pas les fumeurs.

"Dans tous les pays où il y a eu des réductions significatives du nombre de fumeurs, les gouvernements avaient engagé des mesures fiscales, explique Emmanuelle Béguinot, de la CNCT. Cela ne veut pas dire que les autres mesures ne sont pas importantes, mais celle-ci est fondamentale". Dans les infographies ci-dessous, "la base 100" de référence est le prix moyen d'un paquet de cigarettes dans les 28 pays de l'UE. L'indice 126,9 pour la France signifie donc que le prix d'un paquet est supérieur de 26,9% à la moyenne européenne.

En plus des problèmes de consommation qu'ils suscitent, ces prix bas perturbent les politiques de lutte contre le tabac menées par les pays voisins. Les associations militent pour une harmonisation qui tire vers le haut les prix en Europe.

En France, cette problématique se pose particulièrement dans les régions frontalières. "Le Luxembourg alimente ainsi à peu près vingt fois son marché national", grince Emmanuelle Béguinot. Traduction : des habitants des pays voisins (notamment les Français) se rendent au Luxembourg pour y acheter des cigarettes, bien plus abordables que dans l'Hexagone. 

Quelles sont les populations les plus affectées par l'augmentation des prix ? 

"Les taxes sur le tabac sont particulièrement efficaces pour prévenir ou réduire le tabagisme chez les jeunes et les plus démunis", estime l’OMS. Une étude américaine montre ainsi que les personnes ayant un revenu inférieur au revenu médian sont plus de quatre fois plus réactives face au prix des cigarettes que celles ayant un revenu supérieur au revenu médian. C'est aussi parmi les personnes à faible niveau de revenu, qui sont beaucoup plus sensibles à la variable du prix, que l'on retrouve le pourcentage de fumeurs le plus important, comme le montre le graphique ci-dessous.

Des économistes se sont interrogés sur l’impact de cette taxe, en se demandant si elle ne pouvait pas, au vu de la population qu’elle affecte davantage, être qualifiée d’impôt régressif. Parce que les plus démunis sont davantage affectés par cette taxe, Emmanuelle Béguinot estime que son augmentation doit être accompagnée d’autres mesures. "Nous poussons pour qu'il y ait une prise en charge du traitement contre la dépendance tabagique, explique-t-elle. Il est aussi important d’accompagner les fumeurs qui souhaitent arrêter."