Journée mondiale de l'AVC : "90% dépendent de dix facteurs de risque modifiables"

Dimanche 29 octobre aura lieu la Journée mondiale de l'accident vasculaire cérébral. Mais les symptômes et les réflexes à avoir sont encore mal connus. Il faut d'urgence composer le 15.

Face à un AVC, plus d'un tiers des Français n'ont pas le bon réflexe. C'est ce que révèle un sondage Odoxa pour la Fondation pour la recherche sur les AVC. Dès les premiers signaux d’alerte, il faut appeler le 15. Souvent fatal, cet accident laisse de multiples séquelles aux victimes. Les explications du Pr Serge Timsit, neurologue et président de la Société Française Neuro-Vasculaire (SFNV).

Allodocteurs : Quels signes doivent alerter ?

Serge Timsit : Ce sont des signes latéralisés, c'est-à-dire d'un seul côté du corps, et soudains. Il peut s'agir d'un déficit moteur d'un membre supérieur ou inférieur, de troubles visuels d'un côté ou de l'autre. Il peut y avoir des troubles du langage, une incapacité à s'exprimer ou à comprendre...

Les symptômes de l'AVC sont-ils différents selon le sexe et l'âge du patient ?

Les symptômes sont les mêmes chez les hommes et les femmes. Chez les enfants, ils peuvent être différents : des crises d'épilepsie, des manifestations plus globales comme des céphalées… Ils sont pris en charge par les pédiatres.

En cas d'AVC, que faut-il faire immédiatement ?

Le patient, s'il peut le faire, ou son entourage doit appeler le 15. On pourra ainsi réguler de façon optimale l'acheminement vers un service où il y a une unité neurovasculaire.

La prise en charge est-elle la même sur tout le territoire ?

Le maillage est assez bon depuis le plan AVC 2010-2014. On a presque 135 unités neurovasculaires dans toute la France. Il existe quelques zones blanches mais elles sont rares. C'est éventuellement pallié par des approches de télémédecine pour permettre de traiter à distance le patient.

Comment éviter les AVC ? Quels sont les facteurs de risque ?

90% des accidents vasculaires cérébraux dépendent de dix facteurs de risque modifiables : l'hypertension artérielle, le tabac, la sédentarité, la surcharge pondérale, l'alcool, le diabète, les problèmes cardiaques, une alimentation trop riche, le cholestérol et des facteurs psycho-sociaux comme le stress ou la dépression.

Entretien avec le Pr Serge Timsit, neurologue et président de la Société Française NeuroVasculaire
Entretien avec le Pr Serge Timsit, neurologue et président de la Société Française NeuroVasculaire