Évacuation de personnes toxicomanes à Paris : la préfecture fait construire un mur sous un tunnel du périphérique pour "protéger les habitants de Pantin"

Les consommateurs de crack évacués vendredi 24 septembre des jardins d'Éole, dans le 18ème arrondissement de Paris, ont été déplacés de l'autre côté du périphérique parisien, entre Pantin et Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Pour "protéger" les habitants de Pantin, selon ses termes, la préfecture de police a fait construire, dans la journée du vendredi 24 septembre, deux murs qui ferment complètement le tunnel sous le périphérique, entre Paris et Pantin. (ALAIN GASTAL / RADIO FRANCE)

Un mur a été construit à la demande de la préfecture de Paris dans le tunnel qui sépare Paris de Pantin (Seine-Saint-Denis), sous le périphérique parisien, après l'évacuation ce vendredi 24 septembre de personnes toxicomanes près des jardins d'Éole et de Stalingrad, dans les 18ème et 19ème arrondissements de Paris, a appris franceinfo de source policière.

Éviter des infractions à l'abri des regards

Située à hauteur de la porte de la Villette, ce mur doit interdire la circulation et le stationnement. Cette mesure "temporaire" est un "accompagnement nécessaire pour protéger les habitants de Pantin et éviter toute occupation du tunnel", selon cette même source. La décision a été prise également pour des raisons de sécurité face au risque d'incendie, et pour éviter que des actes délictuels soient commis à l'abri des regards.

Les consommateurs de crack évacués ont été regroupés aux abords de la place Auguste Baron, porte de la Villette, "dans un secteur sans riverains aux abords immédiats", avait précisé la préfecture vendredi matin. Les services de la ville de Paris ont été mobilisés pour mettre à leur disposition, à cet endroit, un accès à l’eau et à des sanitaires.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Drogue-Addictions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.