"Le syndrome de la mule" ou les dangers de la cocaïne ingérée

Une Martiniquaise de 21 ans est morte d'overdose mi-mars à Paris pour avoir fait "la mule". Une boulette de cocaïne s'est déchirée dans son ventre. Les autorités s'inquiètent face à la recrudescence de ces situations via une filière antillaise. Les risques d'une telle pratique sont parfois mortels.

D'habitude, c'est de Cayenne, en Guyane, qu'embarque vers l'Europe le plus grand nombre de "mules", ces passeurs qui transportent la cocaïne dans leurs bagages ou même "in corpore", ingérant des dizaines d'"ovules" thermo-soudés.

L'étudiante était, elle, partie de Fort-de-France. Après un malaise dans un vol à destination d'Orly, elle décédera à l'hôpital, victime d'une filière antillaise jusqu'ici inconnue.

"Avec un anesthésiant pour la gorge et un verre d'eau, il faut parfois une dizaine d'heures pour avaler ces ovules, gros comme une saucisse apéritif rigide", décrit Stéphane Pichegru, de la direction des douanes. "Très vite, les sucs gastriques attaquent. Ce n'est que quelques dizaines de grammes, mais de coke pure : si ça s'ouvre, c'est irrécupérable", explique cet adjoint au chef de bureau de lutte contre la fraude.

Le principal danger réside dans "l'explosion" de la boulette contenant la drogue. "Elle aura plutôt  tendance à exploser au niveau de l'intestin grêle ou du côlon, des organes aux parois plus fragiles que celle de l'estomac...et donc plus perméables aux chocs violents, si par exemple la personne reçoit un coup,'" explique à Allodocteurs.fr le docteur Jean-Marc Sabaté, gastro-entérologue à l'Hôpital Louis Mourier de Colombes (92).

Par ailleurs, si le sac contenant la drogue se rompt, le risque majeur reste bien sûr l'overdose. "Lorsque la cocaïne se répand dans l'intestin grêle, elle va être absorbée dans sa paroi puis circuler dans le sang comme lors d'une prise classique de drogue mais le problème c'est le risque de surdosage si la quantité de produit est importante. Le transporteur s'expose à une overdose", précise le docteur Sabaté.

Les complications médicales dues au transport de drogue dans le système digestif ont un nom, on parle du "body packer syndrom", qu'on pourrait traduire par le "syndrome de la mule".  L'objectif des médecins confrontés à ces situations est avant tout d'évacuer les boulettes de cocaïne pour limiter les risques. Si le patient ne présente pas de symptômes et si les boulettes ont l'air intactes sur les radiographies, leur évacuation peut se faire par les voies naturelles grâce une prise de laxatifs.

Parmi les complications "mécaniques", on peut citer l'occlusion intestinale, si un ou plusieurs paquets de drogue obstruent  l'intestin grêle ou le côlon. Dans ce cas, une chirurgie pratiquée en urgence permet de récupérer les boulettes de drogues pour libérer le système digestif.

Malgré les risques - l'overdose ou la prison - le voyage, rémunéré 2.000 ou 3.000 euros, suscite des vocations : en 2015, 160 de ces "bouletteux" ont été arrêtés en France. Un net regain par rapport à la petite centaine d'interpellés des années précédentes, selon les chiffres des douanes.