Cet article date de plus d'un an.

Démantèlement d'un vaste réseau de trafic de cocaïne : "C'est la première fois qu'une telle quantité arrive par avion en Europe"

Le commandant de la section de recherches de gendarmerie de Strasbourg revient sur l'enquête internationale qui a mené à la saisie exceptionnelle de plus d'une tonne de cocaïne, en mai dernier, à l'aéroport de Bâle-Mulhouse et à Hong Kong.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'aéroport international de Bâle-Mulhouse-Fribourg, le 27 avril 2011. (SEBASTIEN BOZON / AFP)

Le 16 mai dernier, un jet privé était intercepté à l'aéroport de Bâle-Mulhouse par les autorités suisses, avec 603 kilos de cocaïne à bord. Une prise exceptionnelle, explique sur franceinfo le colonel François Despres, commandant de la section de recherches de gendarmerie de Strasbourg, qui a contribué à l'enquête. L'opération, officialisée jeudi 25 juillet, a permis également la saisie de plus de 400 kilos de cocaïne à Hong Kong, et l'arrestation de seize personnes en Europe et en Asie.

franceinfo : Combien de temps a duré l'enquête ?

Colonel François Despres : Nous avons opéré dans le cadre d’une opération internationale, baptisée "Familia", qui réunit des services d'enquête d'Europe, d'Amérique et d'Asie. Nous avons contribué à suivre cet avion et à faire intercepter, par les policiers suisses à l'aéroport de Bâle-Mulhouse, les trois principaux protagonistes et les 603 kilos de cocaïne. C'est la première fois qu'une telle quantité, d'une valeur marchande estimée à 180 millions d'euros, arrive par avion en Europe. 

Qui sont les personnes arrêtées ?

L'un des principaux commanditaires, qui était poursuivi par les policiers serbes, croates et tchèques, a été intercepté. Les jours précédents l'opération, nous avons su qu'il allait atterrir en France, d'abord à Nice, puis à l'aéroport de Bâle-Mulhouse. Nos partenaires européens ont sollicité la gendarmerie nationale, les sections de recherches de Marseille et de Strasbourg, avec l'appui de la gendarmerie des transports aériens qui a effectué ces observations. Le but était de pouvoir observer à la fois l'avion, qui était censé contenir la cocaïne, ainsi que l'ensemble des protagonistes criminels du réseau.

L'avion était un avion d'affaires banal, qui effectuait des vols transatlantiques, voire transcontinentaux. C'est un 'Air cocaïne' qui a réussi à traverser l'océan Atlantique en provenance d'Uruguay, et qui a pu être intercepté grâce aux efforts conjoints des autorités françaises et suisses. Il y a également eu une coopération très intense avec les collègues nord et sud-américains.

Ces réseaux de trafic de drogue s'amplifient dans le monde ?

Les enjeux, en termes de gains, sont énormes. Les marchés à conquérir sont énormes. C'est pour cette raison que de plus en plus de criminels se lancent dans ce type de trafic, et cherchent à importer de telles quantités en Europe. Ce réseau, qui écoulait la drogue principalement en Europe centrale et dans les Balkans, est maintenant démantelé ou quasi démantelé. Les efforts doivent toutefois être poursuivis au quotidien, depuis nos cages d'escaliers jusqu'au trafic international.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.