Envoyé spécial, France 2

VIDEO. Cannabis thérapeutique : une plante à fort potentiel qu’on n’utilise pas encore en France

La France va-t-elle bientôt mettre le cannabis thérapeutique à disposition des patients ? En attendant, la maman de Kaylah, atteinte du syndrome de Dravet (une forme sévère d'épilepsie), est obligée d'aller se fournir en Autriche. C'est ici que l'un des pionniers du cannabis médical a installé son laboratoire. Extrait du magazine "Envoyé spécial".

La petite Kaylah, 10 ans, est atteinte d'une forme sévère d'épilepsie, le syndrome de Dravet. Les médicaments qu'elle prend depuis ses premiers mois ont de lourds effets secondaires. Pour réduire ses crises et améliorer son confort, son appétit et son quotidien, ses parents ont décidé il y a cinq ans de se tourner vers le cannabis thérapeutique.  

Dans le cannabis, la molécule qui soigne, c'est le CBD, ou cannabidiol – rien à voir avec le THC, l'autre molécule connue pour ses effets psychoactifs. Sa consommation n'est pas illégale, mais sa mise à disposition n'est pas encore effective. Comme de nombreux parents d'enfants malades, Jessica, la maman de Kaylah, doit donc se fournir à l'étranger. 

Pour un reportage diffusé dans "Envoyé spécial", la journaliste Laetitia Moreau l'a suivie en Autriche. Comme la plupart des pays européens, l'Autriche autorise le cannabis médical, mais c'est le seul à autoriser le clonage des plants. Des croisements génétiques ont été nécessaires pour obtenir la plante qui soigne Kaylah : son taux de CBD très élevé (23%) n'existe pas à l'état naturel. C'est donc ici que l'un des pionniers du cannabis thérapeutique a installé son laboratoire.

 "Il est temps d'avoir accès à cette plante, et qu'on puisse soigner les gens avec"

Un laboratoire parfaitement légal, où les plants sont clonés "comme des tomates ou des géraniums", explique le chercheur Nicolas Wagner. A cette différence près que le clonage se fait ici dans des conditions phytosanitaires très rigoureuses. Ils ne doivent subir aucune contamination avant d'être replantés dans des champs, eux aussi sous contrôle. 

Il lui a fallu plusieurs années pour obtenir ce cannabis à fort potentiel médical. "On a à disposition une plante qui peut soigner, et on n'utilise pas encore tout son potentiel", regrette la maman de Kaylah. Une lacune à laquelle "il est temps de remédier". Selon elle, "il est temps d'avoir accès à cette plante-là, et qu'on puisse enfin soigner les gens avec". Sera-ce bientôt le cas ? En décembre 2018, l'Agence nationale de sécurité du médicament a donné son vert à un usage thérapeutique dans des cas précis, et s'est donné six mois pour travailler sur les modalités de sa mise à disposition.

Extrait de "L'autre visage du cannabis", un reportage à voir dans "Envoyé spécial" le 28 février 2019.

Cannabis thérapeutique : \"Il est temps d\'y avoir accès, et qu\'on puisse enfin soigner les gens avec\", témoigne la maman d\'une fillette épileptique
Cannabis thérapeutique : "Il est temps d'y avoir accès, et qu'on puisse enfin soigner les gens avec", témoigne la maman d'une fillette épileptique (ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2)