Addictions : la neurostimulation électrique, un nouveau traitement efficace ?

Comment lutter contre les addictions ? Les traitements pour en sortir ont beaucoup évolué. Pour l'alcoolisme, une toute nouvelle méthode expérimentale est en test : il s'agit de stimuler le cerveau avec des impulsions électriques.

France 2

Cinq à six verres de whiskey par jour : c'est ce que boit cet homme depuis dix ans. Il a tout essayé pour se défaire de son addiction, en vain. Il va donc tenter un traitement expérimental au CHU de Nantes (Loire-Atlantique) avec ce bonnet à électrodes. Aujourd'hui, c'est une séance d'essayage.

Des résultats impressionnants

Pour lutter contre la dépendance, ici, on pratique la TDCS, ou stimulation électrique transcrânienne. Les électrodes ne sont pas implantées dans le crâne, mais posées en surface. Le courant électrique est envoyé sur les zones du cortex préfrontal, la zone des addictions. Un courant très faible, un à deux milliampères, mais suffisant pour modifier l'activité électrique des neurones défaillants. D'habitude, les séances durent un quart d'heure, mais pour cette première fois, le patient teste le traitement pendant quelques minutes. Cette autre patiente a retrouvé le bonheur depuis quelque temps. Son addiction à l'alcool avait bouleversé son équilibre et son quotidien. Désormais, lorsqu'elle s'attable en terrasse, c'est un café qu'elle commande. Sa consommation d'alcool a nettement diminué. Avec la neurostimulation, l'objectif n'est pas de supprimer totalement la consommation d'alcool, mais de la diminuer. À son grand étonnement, cette méthode a eu un effet sur une autre addiction, le tabagisme. Cette technique pourrait ouvrir d'autres perspectives pour d'autres addictions. Elle pourrait venir en substitution ou en complément aux traitements classiques.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les traitements antitabac vont progressivement être remboursés comme n\'importe quel médicament, annonce le gouvernement, le 26 mars 2018.
Les traitements antitabac vont progressivement être remboursés comme n'importe quel médicament, annonce le gouvernement, le 26 mars 2018. (B BOISSONNET / BSIP)