Délais médicaux : "Encore 7 ou 8 ans difficiles à passer avant que les choses s'améliorent"

Les effectifs de médecins remontent depuis quelques années, selon le président de la Confédération des syndicats médicaux français.

Le président de la Confédération des syndicats médicaux français, Jean-Paul Ortiz, à Paris le 18 septembre 2018.
Le président de la Confédération des syndicats médicaux français, Jean-Paul Ortiz, à Paris le 18 septembre 2018. (LUDOVIC MARIN / AFP)

"On a encore 7 ou 8 ans difficiles à passer, avant que les choses s'améliorent" en termes de délais médicaux, estime mardi 9 octobre sur franceinfo Jean-Paul Ortiz, président de la Confédération des syndicats médicaux français, après l'étude de la Drees (Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques), qui a évalué les délais d'attente pour avoir un rendez-vous chez un médecin.

Pour Jean-Paul Ortiz, ces délais, parfois très longs, "reflètent bien la difficulté que nous avons aujourd'hui en démographie médicale : on a beaucoup réduit le nombre de médecins formés dans les années 90 parce qu'on se disait de façon simpliste : 'Moins il y aura de médecins, moins il y aura d'ordonnances et ça coûtera moins cher'. On pensait réduire ainsi les dépenses de santé", explique-t-il, en précisant que depuis quelques années, les effectifs remontent.

Nous sommes passés de 3 500 étudiants en deuxième année de médecine en 1993 à 8 205 aujourd'hui. On a considérablement augmenté, ça va avoir un impact, mais il faut un peu de temps.Jean-Paul Ortizà franceinfo

Mais selon le syndicaliste, le manque de médecins n'est pas la seule explication de ces délais médicaux : "Il faut décharger les médecins de cette dérive bureaucratique et administrative qui leur fait perdre du temps : c'est quand même dommage de faire 10 à 12 ans d'études pour passer une heure par jour (c'est la moyenne) à faire de la paperasse".

Selon l'étude de la Direction de la recherche et des statistiques du ministère de la santé, il faut en moyenne six jours pour un rendez-vous chez le généraliste et un mois pour le dentiste. Pour les consultations chez certains spécialistes, les délais s'allongent : 50 jours pour un cardiologue, 61 jours pour un dermatologue et 80 jours pour un ophtalmologiste.

Jean-Paul Ortiz veut cependant voir le verre à moitié plein : "Lorsqu'il s'agit d'un simple contrôle, les délais peuvent être longs. Mais lorsqu'il y a apparition ou aggravation de symptômes et donc une relative urgence, les délais se raccourcissent considérablement. En médecine générale, vous avez, dans ces cas-là, des délais de moins de 24 heures".