Le secret des crottes cubiques du wombat enfin dévoilé

Les variations d'élasticité des parois intestinales de ces marsupiaux permettent la formation de ces déjections "uniques dans le règne animal".

Des wombats à Duisbourg, en Allemagne, le 4 avril 2018.
Des wombats à Duisbourg, en Allemagne, le 4 avril 2018. (ROLF VENNENBERND / DPA / AFP)

C'est une étude très sérieuse, qui parle… de caca. Une équipe internationale conduite par l’Institut technologique de Géorgie, aux Etats-Unis, a présenté ses travaux (en anglais) sur la forme carrée des crottes de wombat, lors du 71e Congrès de la Société américaine de physique, dimanche 18 novembre à Atlanta (Etats-Unis).

Le wombat est un petit marsupial vivant en Australie. La forme cubique de ses déjections est "unique dans le règne animal", assure la Société américaine de physique, dans un communiqué. L'animal les empile pour marquer son territoire et communiquer avec ses congénères. Mais jusque-là, personne ne s'était penché sur la manière dont l'animal arrivait à produire cette forme singulière.

Un intestin qui façonne le caca en cubes

L'étude des chercheurs comble ce manque. Dans le dernier quart de l'intestin du wombat, long de 30 mètres, les matières fécales passent d'un état liquide à un état solide, puis sortent en petits cubes séparés. En introduisant dans l'intestin des animaux un ballon cylindrique et en le gonflant, les scientifiques ont remarqué que les parois intestinales des wombats exerçaient des contraintes physiques différentes selon les endroits, ce qui permet la formation de ces cubes.

"Ce n’est donc pas la compression de la matière fécale entre les os pelviens, l’existence de muscles supplémentaires ou encore un sphincter de forme particulière qui explique le phénomène, autant d’hypothèses envisagées dans la littérature, mais bien les contraintes physiques exercées par l’intestin lui-même", concluent les chercheurs.

Alors que les humains ne disposent "que de deux méthodes pour fabriquer des cubes – nous les moulons ou nous les découpons –", les boyaux du wombat recèlent ainsi une troisième voie de fabrication. Or la forme cubique est largement utilisée par les humains dans leur vie quotidienne. Patricia Yang estime donc que les propriétés propres aux wombats pourront être utilisées pour améliorer nos processus de fabrication.