Un mini-satellite pour nettoyer l’espace des déchets spatiaux

Avec plus de 29 000 déchets spatiaux flottant autour de la Terre, les risques sont nombreux. Le Centre Spatial de Surrey a peut-être trouvé une solution.

Voir la vidéo

Morceaux de fusées, satellites en fin de vie, objets oubliés par les astronautes... Au-dessus de nos têtes flottent plus de 29 000 déchets spatiaux de plus de 10 cm accumulés depuis 1957. Un des risques posé par cette masse importante de déchets est le « syndrome de Kessler », expliqué par Heiner Klinkrad, directeur du bureau des débris spatiaux à l'Agence Spatiale Européenne : ce sont « des collisions en chaîne et perpétuelles qui, à terme, rendraient certaines régions orbitales inutilisables. » 

Cela signifie notamment qu’il n’y aurait plus de GPS, de télévision, de prédictions météo, ni d’Internet. En effet, comme l’indique Dr. Jason Froshaw du Centre Spatial de Surrey : « Quasiment tout ce qui nous entoure utilise un satellite de nos jours, et ce sont des services qui pourraient disparaître dans le futur si nous ne prenons ce problème de la viabilité spatiale au sérieux. » À ce risque s’ajoute celui des débris tombant sur Terre sans se dissoudre dans l’atmosphère. 

Harponner les déchets spatiaux pour les ramener sur Terre

Alors, pour nettoyer l’espace, le Centre Spatial de Surrey vient d’inventer un mini-satellite : « Le but de notre mission "RemoveDEBRIS" est d'aller dans l'espace et tester ce qu'on appelle le retrait actif de débris. Il s'agit de tester des technologies telles qu'un filet ou un harpon pour essayer de capturer certains de ces déchets spatiaux pour les ramener sur Terre. » explique le Dr. Jason Froshaw.

Le satellite sera lancé en janvier 2018.

Un mini-satellite pour nettoyer l’espace des déchets spatiaux
Un mini-satellite pour nettoyer l’espace des déchets spatiaux (BRUT)