VIDEO. "On nous a appris qu'on avait presque tous les droits sur le corps" : un gynécologue dénonce les violences obstétricales

 Les polémiques se multiplient à l'encontre des gynécologues-obstétriciens. Dernier en date : une phrase comparant les femmes à des juments. Un médecin a accepté de s'exprimer sans langue de bois.

Voir la vidéo
FRANCEINFO

Les polémiques visant les gynécologues-obstétriciens s'accumulent depuis 2016 : débat sur l'épisiotomie, scandales liés à des pilules, maltraitances dénoncées par les patientes elles-mêmes. Les gynécologues ressentent un climat de défiance. Une phrase provenant de leur congrès en décembre dernier et dénoncée par de nombreuses associations, n'a pas arrangé les choses : "Les femmes c'est comme les juments, celles qui ont de grosses hanches ne sont pas les plus agréables à monter, mais c'est celles qui mettent bas le plus facilement".

"Le patient est un corps"

La polémique de trop pour Philippe Deruelle, gynécologue-obstétricien, qui a accepté de répondre aux attaques visant sa profession. "Il y a un problème de formation, car on nous a appris que le patient était un corps et qu'on avait le droit de presque tout sur ce corps". Il pointe aussi "un problème d'éducation, de transmission et de communication". "La notion d'excès de vitesse est intéressante. Parfois, je peux être violent avec l'autre parce que je suis pressé", explique-t-il. "On doit rapidement proposer des changements et vite former la nouvelle génération", prône Philippe Deruelle.

 Philippe Deruelle, gynécologue-obstétricien
 Philippe Deruelle, gynécologue-obstétricien (FRANCEINFO)